Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Culture :Culture de cannabis selon la méthode végétalienne

Selon les dernières données, au moins un demi-million d'Allemands sont végétaliens et au moins cinq pour cent des Européens se décrivent comme végétaliens ou végétariens. Il est utile de se rappeler qu'il existe une différence cruciale entre le véganisme et le végétarisme: les végétaliens ne consomment jamais rien qui provienne des animaux, mais les végétariens souvent. Les gens choisissent une vie végétalienne pour améliorer leur santé et ne pas participer à la souffrance des animaux d'abattage et aux mauvais effets environnementaux de l'élevage.



Et maintenant, il y a même un mouvement pour le cannabis végétalien. Le mot «végétalien» est une combinaison des mots «végétalien» et «biologique» (qui signifie biologique). L'agriculture végétalienne est une agriculture biologique qui évite l'utilisation d'engrais d'origine animale. Il est important de comprendre la différence entre "bio" et "vegan". La culture biologique ou écologique évite l'utilisation de pesticides de synthèse, d'engrais et d'organismes génétiquement modifiés (OGM). La culture végétalienne fait tout ce dont une plante a besoin, mais évite les produits d'origine animale tels que le fumier, l'émulsion de poisson, le krill (crustacés de la famille des Euphausiidae), le guano de chauve-souris, la farine de plumes, la farine de sang (depuis l'apparition de l'ESB - maladie de la vache folle - interdite en Allemagne) et Farine d'os,


En culture végétalienne, les producteurs de compost, d'extraits de plantes et d'engrais verts assurent le développement et la santé de la zone racinaire. Les cultivateurs de cannabis qui utilisent traditionnellement des engrais organiques ou synthétiques n'ont peut-être jamais entendu parler d'engrais vert et de culture végétalienne, mais les cultivateurs de cannabis végétaliens indiquent que le sol fertile, comme on le trouve dans la nature, est principalement végétalien et abondant en nutriments végétaux et a des arbres qui sont adaptés à cet endroit. La nourriture naturelle du sol provient de la croûte terrestre, de l'atmosphère, de l'eau de pluie, des microbes utiles du sol et des plantes et des animaux décomposés. Les défenseurs des végétaliens notent ici que les animaux décomposés dans la plupart des sols naturels représentent la plus petite catégorie de matériaux qui contribuent à la fertilisation des sols. L'écart technique et éthique entre l'utilisation d'engrais végétalien et organique est donc important et profond. Presque tous les sous-produits animaux dans les engrais organiques du cannabis proviennent de l'élevage industriel. Les fermes industrielles sont nocives pour l'environnement et causent d'énormes souffrances aux animaux innocents et sensibles.


L'exploitation minière de Guano a tué des centaines ou des millions d'oiseaux et de chauves-souris et détruit leurs habitats. La récolte de krill pour les engrais est une menace majeure pour les baleines, les pingouins, les phoques et les autres animaux qui dépendent du krill pour se nourrir, et il détruit également les écosystèmes sensibles et irremplaçables. Il est également préoccupant que le fonctionnement de l'industrie agricole contribue énormément au changement climatique causé par les gaz à effet de serre et à la pollution de l'air, des terres et de l'eau. Et les engrais organiques / organiques contiennent parfois des résidus d'antibiotiques et d'hormones nocifs. Les producteurs végétaliens le disent très clairement: si vous utilisez des engrais organiques disponibles dans le commerce, vous utilisez le sang, les os, les tissus et les selles des êtres, qui ont vécu une vie terrible en raison de l'élevage de capital. La production d'engrais hydroponiques dépend de la surexploitation minière et d'autres activités industrielles dévastatrices sur le plan écologique. «Veganics» est une tentative de montrer une bonne alternative aux préoccupations concernant les droits des animaux, l'environnement et la santé.



Comparaison de la "culture végétalienne" et de la culture conventionnelle

Il existe plusieurs façons de fournir les 20 éléments essentiels que les racines de marijuana absorbent pour maintenir les plantes en vie. Voici les méthodes les plus courantes et les plus utilisées par les producteurs. Vous pouvez pousser sur un sol fertile et intact, ce qui se produit naturellement dans de nombreux endroits.


Vous pouvez également acheter de la terre fertile ou la fabriquer vous-même.


De même, les engrais hydroponiques synthétiques peuvent être utilisés dans une variété de matériaux inertes de la zone racinaire ou dans des mélanges sans sol.


Vous pouvez également utiliser des nutriments biologiques ou "naturels", c'est-à-dire organiques.


Chacune de ces méthodes de fertilisation présente des avantages et des inconvénients. Il est difficile de trouver un sol naturel et fertile dans un endroit où vous pouvez également cultiver du cannabis. De nombreux cultivateurs en plein air voient les dépôts d'orties comme des plantes de pointage claires pour un sol approprié pour leurs proches, car le cannabis impose des conditions similaires au sol comme les orties. Acheter de la terre de haute qualité n'est pas facile car peu d'entreprises la fabriquent et la vendent. Les marques d'engrais hydroponiques synthétiques varient considérablement en qualité et en efficacité et peuvent être très coûteuses. Les engrais organiques et naturels puent souvent parce qu'ils sont chargés de produits d'origine animale. Beaucoup d'entre eux n'offrent pas la gamme complète d'aliments végétaux essentiels que les plantes peuvent absorber immédiatement.


Parmi ces options, seul le sol fertile naturel pourrait être considéré comme végétalien. Les autres options utilisent des sous-produits animaux ajoutés et / ou de grandes quantités de matériel extrait ou synthétisé en laboratoire. La Veganics va au-delà de l'exclusion des sous-produits animaux. Les producteurs végétaliens rejettent les processus de production et d'utilisation d'engrais nocifs qui endommagent les écosystèmes, la terre, l'eau, l'air ou la santé. L'extraction de phosphate, l'approvisionnement en pétrole, l'extraction de varech et de krill et de nombreux autres aspects de la production d'engrais synthétiques et organiques causent de graves dommages à l'environnement.


L'utilisation d'engrais non végétaliens peut nuire à l'environnement. Par exemple, j'ai vécu à Vancouver, au Canada, il y a 20 ans, lorsque la région de Vancouver produisait environ 40% du cannabis sur toute la côte ouest de l'Amérique du Nord. Des quantités massives de fleurs de cannabis ont été cultivées en Colombie-Britannique et expédiées au sud des États-Unis ou à l'est par le Canada. Au moins une maison sur cinq dans la région de Vancouver était une ferme de cannabis, et la plupart des producteurs utilisaient des nutriments hydroponiques synthétiques.


Les régulateurs environnementaux ont remarqué des proliférations d'algues massives et d'autres anomalies environnementales lorsque des milliers de gallons de solution d'engrais hydroponique ont trouvé leur chemin hors des maisons dans l'approvisionnement en eau et toute l'eau libre autour de Vancouver. Les producteurs végétaliens se plaignent que de nombreux engrais contiennent des quantités potentiellement nocives de métaux lourds tels que le plomb, le cadmium, l'arsenic, le plomb, le nickel, le mercure et même l'uranium. Ces matériaux peuvent passer dans les tissus végétaux et nuire à l'utilisateur et à l'environnement.


Ironiquement, la culture végétalienne était le seul moyen de cultiver jusqu'à ce que les gens découvrent comment les produits chimiques, les fractions animales et les déchets animaux sont utilisés comme engrais. Ce n'est qu'au début du XXe siècle que les engrais pétro-industriels (à base de pétrole / gaz naturel) ont été produits, ce qui a stimulé la révolution de l'agriculture industrielle et augmenté les rendements agricoles mondiaux. Par exemple, au début du 20e siècle, les scientifiques allemands Fritz Haber et Carl Bosch ont presque à eux seuls initié l'essor rapide de l'industrie des engrais industriels en développant un procédé qui obtient l'ammoniac et d'autres nitrates de l'air. Ses recherches portaient sur


Haber et Bosch ont chacun reçu un prix Nobel pour leur mérite de permettre la production d'engrais azotés qui a stimulé la production agricole et conduit à une accélération rapide de la croissance démographique qui a commencé au début du 20e siècle et se poursuit encore aujourd'hui. Les historiens disent aujourd'hui qu'après le terrible massacre d'artillerie de la Première Guerre mondiale, une augmentation aussi rapide de la population humaine ne peut s'expliquer que par l'augmentation de la production alimentaire. Certains experts anticipaient depuis longtemps les problèmes des engrais pétro-industriels et de l'agriculture. Dans les années 40, une poignée d'experts de l'industrie agricole et des agriculteurs ont fait campagne pour l'agriculture végétalienne. Les premiers fans végétaliens ont averti à juste titre que l'agriculture pétro-industrielle n'est pas durable, mortelle pour l'environnement et entraînerait à terme l'épuisement des sols et des plantes de moindre valeur nutritive. Et ils ont déclaré à juste titre que le processus Haber-Bosch entraînerait une surcharge du sol en nitrates, ce qui endommagerait les eaux souterraines, les lacs, les rivières, les océans et les espèces qu'ils contiennent. Ils ont également averti qu'un excès d'oxyde d'azote était en train de se créer, un gaz à effet de serre potentiel qui est maintenant une autre cause du changement climatique. Serait nocif pour les océans et les espèces qu'ils contiennent. Ils ont également averti qu'un excès d'oxyde d'azote était en train de se créer, un gaz à effet de serre potentiel qui est maintenant une autre cause du changement climatique. Serait nocif pour les océans et les espèces qu'ils contiennent. Ils ont également averti qu'un excès d'oxyde d'azote était en train de se créer, un gaz à effet de serre potentiel qui est maintenant une autre cause du changement climatique.


Les pionniers végétaliens ont déclaré que de bonnes récoltes pouvaient être obtenues dans les zones racinaires naturelles et biologiquement actives sans ajouter d'engrais pétrochimiques ou synthétiques. Des nutriments qui ne sont pas encore dans la zone racinaire pourraient également être ajoutés à partir de matières végétales. Des bactéries et des champignons utiles, qui sont cruciaux pour la santé des sols et la biodisponibilité des nutriments afin qu'ils puissent être absorbés par les racines des plantes, pourraient être utilisés sous forme de compost, de thés de compost riches en microbes et d'infusions.


Veganics: s'appuyer sur une zone racine vivante

J'ai cultivé de la marijuana avec des nutriments organiques, synthétiques, synthétiques / organiques et végétaliens. De nombreux éleveurs dépendent des nutriments artificiels dans les cultures aquatiques en raison du contrôle complet et de la prévisibilité de la fertilisation résultant de l'utilisation d'engrais exclusivement synthétiques dans un mélange flottant ou en culture hydroponique pure. D'autres producteurs pensent que la culture hydroponique dépend trop de l'eau d'osmose inverse, d'engrais coûteux, de suppléments d'engrais, de pH-mètres, de surveillance et d'ajustement du pH, etc. Ils optent généralement pour la culture biologique.


Mais quand j'ai utilisé des engrais dits organiques (non végétaliens), j'ai eu beaucoup de problèmes. La plupart des engrais organiques sentent les excréments car ils les contiennent. Ils sont visqueux et obstruent les systèmes de culture, en particulier les systèmes d'aéroponie et de goutte-à-goutte. Ils contiennent souvent des métaux lourds et d'autres contaminants, certains contiennent également des agents pathogènes qui nuisent aux humains. De plus, ils sont très peu pratiques pour maintenir un pH stable, et une fois qu'ils sont dans une zone racinaire, en particulier dans une zone racinaire du sol, il est assez difficile de les laver.



J'ai commencé à expérimenter avec les végétaliens il y a quelques années. Je savais que les végétaliens dépendaient fortement d'une "zone racine vivante". Mais qu'est-ce que c'est? Une zone racinaire vivante est créée lorsque des bactéries et des champignons bénéfiques dans la zone racinaire décomposent les matières végétales organiques qui se lient aux racines pour améliorer la masse et la fonction des racines, protéger les racines de la sécheresse, du stress thermique et des maladies, et libérer des hormones qui affectent la racine - et stimuler la production de fleurs.


Malheureusement, en tant que personne qui cultive du cannabis dans une maison de banlieue, j'ai trouvé que la fabrication de thé de compost et d'autres engrais à base de plantes cause beaucoup de saleté et nécessite de l'espace et de l'équipement que je n'ai pas. Heureusement, j'ai trouvé des gens vendant des programmes et des produits d'engrais végétaliens de haute qualité qui m'ont libéré de la fabrication de mes propres matériaux végétaliens. Quand j'ai appris à l'utiliser, j'ai été ravi et surpris de découvrir que je pouvais cultiver du cannabis sans passer autant de temps à surveiller un programme d'engrais synthétique ou biologique. Après avoir maîtrisé les végétaliens, j'ai pu fournir à mes plants de cannabis suffisamment de nutriments,


Il n'y a que quelques sociétés qui produisent des engrais végétaliens disponibles dans le commerce qui peuvent être achetés dans le monde entier. Un impressionnant programme de nutrition végétalienne est proposé par Karel Schelfhout, un légendaire pionnier néerlandais du cannabis qui a travaillé avec Nevile Shoemakers, l'inventeur du cannabis Haze, il y a quatre décennies aux Pays-Bas. Schelfhout est connu comme le fondateur du légendaire Super Sativa Seed Club, l'une des premières sociétés de vente par correspondance de semences au monde (voir également l'article Old School Haze de Super Sativa Seed Club dans Grow! 4/19).


Après des années de culture avec des engrais réguliers et la culture hydroponique, Karel a décidé de cultiver sans nuire à l'environnement ni exploiter les animaux, et a créé le système de culture végétalienne "Biotabs". Son système comprend trois produits qui apportent des bactéries symbiotiques utiles à la zone racinaire. La plupart du travail se fait en le mélangeant au sol au début, lorsque les produits Biotabs sont mélangés au sol et que les plantes sont arrosées pour la première fois. J'utilise sa gamme de produits sur terre, en mélange flottant et même en substrats coco. Il a nourri abondamment mes plantes en phase de croissance et jusqu'à la fin de la phase de floraison. La seule fois où j'ajoute des nutriments supplémentaires, c'est quand j'ajoute du phosphore et du potassium vers la fin de la phase de floraison. Si j'avais des plantes J'ai pulvérisé des feuilles qui ont été endommagées par des insectes avec un spray foliaire, et leurs feuilles sont passées du jaune au vert en 24 heures. Il s'agit d'un effet incroyablement rapide d'un vaporisateur de feuilles. Les producteurs à la recherche d'un programme plug-and-play avec des engrais végétaliens apprécieront les produits Karel. La seule limitation est qu'il est trop nutritif pour les semis fraîchement germés ou les clones enracinés.


Un autre programme d'engrais à base de cannabis végétalien s'appelle Vegamatrix et a été lancé par le gourou de la culture du High Times, Kyle Kushman. Il a commencé comme cultivateur de cannabis dans le nord de l'État de New York dans les années 80 et a produit des têtes de connaisseurs de variétés rares comme Purple Kush. L'industrie du cannabis indigène sur la côte est de l'Amérique était beaucoup plus petite qu'elle ne l'est aujourd'hui, et l'herbe de Kushman était si spéciale qu'il a fini par fournir de la marijuana à des professionnels des médias et à des célébrités des médias, avant de devenir lui-même l'auteur du High Times. J'ai personnellement bénéficié de ses chroniques et articles. En 2011, Kushman a lancé Vegamatrix, une ligne de nutriments végétaux purement végétaliens. La gamme Vegamatrix contient des nutriments de base, des amplificateurs de floraison, des microbes du sol, des hormones naturelles favorisant la floraison, Acides aminés, chélates naturels, enzymes et autres matières provenant de sources végétaliennes. Les ingrédients ont été choisis car ils créent des synergies internes, une sorte d'usine d'engrais animée.


Selon Kushman, la clé de la croissance végétalienne est de commencer par d'excellents médias de la zone racinaire. Un mélange sans terre de première classe de tourbe blanche (pas exactement écologique; ndlr), de noix de coco et de matières organiques est préféré. Si ce mélange ne peut pas être trouvé, on pourrait demander dans le magasin de jardinage un mélange neutre et sans terre qui offre un tampon de pH fiable et contient peu ou pas de nutriments. La gamme de produits Vegamatrix comprend un produit microbien utile, des nutriments de base pour la phase de croissance et de floraison, un activateur de croissance avec du calcium et du magnésium, des acides aminés et un activateur de floraison ainsi qu'un booster de floraison Kelphormon. Kushman propose également un insecticide et un fongicide à spectre complet. Les produits sont végétaliens à l'exception de quelques traces.


Les racines de la culture végétalienne

Pour la plupart d'entre nous, les végétaliens ressemblent à une nouvelle idée fascinante. Mais cela fait partie d'une longue tradition ou d'une approche holistique de la culture des plantes et des arbres. Une de ces approches est l'agriculture végétalienne biocyclique. Cette forme d'agriculture a été développée dans les années 1950 par l'innovateur agricole allemand Adolf Hoops. Hoops, décédé en 1999, est réputé avoir créé une forme d'agriculture écologiquement avantageuse. Plus tard, son fils Arne Hoops a développé les «directives biocycliques» et, en collaboration avec des producteurs végétaliens allemands, a aidé à créer un «standard végétalien biocyclique» (standard végétalien biocyclique) pour évaluer les exploitations. La «norme» a fait ses débuts en 2017 et est adoptée par les agriculteurs végétaliens du monde entier. Les principes biocycliques peuvent inclure:


Ne pas utiliser d'animaux captifs ou de sous-produits animaux


Production de sols riches en substances organiques appelées humus


Réduisez la consommation d'eau


Aucune récolte gaspillée


Préservation de la biodiversité et des propriétés du terrain


Il faut faire confiance aux petits agriculteurs plutôt qu'à l'agriculture industrielle des entreprises


Pas d'utilisation d'engrais industriels, de poisons, d'OGM


La culture végétalienne a également beaucoup de points communs avec la «culture naturelle coréenne». Cette technique agricole holistique a été développée dans les années 1960 par Cho Han Kyu, un chercheur agricole coréen. Cho a reçu certaines de ses idées pour l'agriculture naturelle coréenne en étudiant l'agriculture holistique au Japon. Cho a également adapté les pratiques socio-agricoles existantes et la fermentation des aliments et des matériaux agricoles, qui sont relativement courants dans certains pays d'Asie.


L'agriculture naturelle coréenne a des pratiques et des principes de base qui chevauchent l'agriculture biologique végétalienne, biocyclique et holistique:


Maximiser le plein potentiel génétique de l'approvisionnement en semences


Utilisation de micro-organismes indigènes du sol, d'insectes prédateurs, de sols et d'autres matériaux indigènes pour enrichir la zone racinaire, augmenter le taux de croissance et le rendement et protéger les plantes contre les ravageurs et les maladies


L'utilisation de jus à base de plantes spécifiquement fermentées pour nourrir et protéger les plantes et les sols


Éviter les sous-produits animaux en agriculture


Engrais d'origine végétale et non animale


Utilisation de compost normal et fermenté


Procédure de semis direct afin de perturber le moins possible le sol


Utilisation d'eau de pluie, d'eau de source, d'eau de rivière et d'eau souterraine propre au lieu de l'eau de ville traitée


Utilisation de sucre obtenu naturellement pour soutenir la fermentation et nourrir les racines et les plantes


Éviter tous les produits chimiques, le génie génétique, les engrais pétrochimiques et la terre dégradée


Surtout là où les producteurs ont suffisamment de terres et d'intimité pour se défouler à l'extérieur, les méthodes d'agriculture naturelle végétalienne, biocyclique et coréenne se chevauchent avec une autre méthode alternative appelée permaculture. Quiconque assiste à des conférences et parle à des personnes impliquées dans les végétaliens et autres cultures alternatives constatera que la permaculture fait généralement partie de leur manuel.


La permaculture consiste à se rendre sur un site avant de faire quoi que ce soit sur ou sur lui, et son écologie d'origine, la flore, la faune, la topographie, la fertilité du sol, le drainage, la porosité du sol, la qualité de l'eau et les sources, les micro-organismes indigènes du sol, le climat, les régimes pluviométriques, la lumière du soleil et examiner d'autres fonctionnalités. Les évaluations des sites de permaculture montrent parfois que la culture ne doit pas être effectuée dans un endroit spécifique ou que seuls certains types de plantes ou d'arbres y poussent bien.


Comme vous pouvez probablement déjà le dire, la véganique, la permaculture, l'agriculture naturelle coréenne et l'agriculture biocyclique signifient des choses différentes pour les différents producteurs. Les cultivateurs de cannabis qui n'ont pas la possibilité ou le désir de cultiver en extérieur peuvent à juste titre se demander si l'une de ces méthodes de culture holistiques est utile pour la culture de cannabis en intérieur. Et cela ne peut qu'être affirmé.


Karel Schelfhout, qui est maintenant un partisan de la méthode de culture végétalienne, a été l'un des premiers à utiliser une méthode de culture du cannabis qui est exactement l'opposé des végétaliens. Dans les années 1970 et 1980, il a découvert que des matériaux tels que la laine de roche industrielle inerte ainsi que des engrais chimiques synthétiques, des lampes pour la culture en intérieur, des pesticides et autres pourraient être utiles pour la culture du cannabis.


Schelfhout a été l'un des premiers pionniers de la culture hydroponique du cannabis, mais avec le temps, il a reconnu que la production de nutriments hydroponiques, de laine de roche et d'autres matériaux hydroponiques nécessitait l'extraction, le raffinage et d'autres pratiques industrielles écologiquement ruineuses. Des montagnes de laine de roche usagée sont apparues, qui sont plus durables que le plastique comme polluant environnemental à long terme. Il a vu les proliférations d'algues et la pollution de l'eau provenant de la vidange des nutriments du système hydroponique et a été choqué par la grande quantité d'électricité nécessaire aux lampes, pompes et autres ustensiles pour la production hydroponique dans les jardins intérieurs.


Compte tenu de l'impact de la culture hydroponique standard, Schelfhout a commencé à travailler en réseau avec des agriculteurs biologiques et d'autres producteurs holistiques, développant une forme de méthodes et de matériaux agricoles végétaliens similaires à l'agriculture naturelle coréenne et à d'autres méthodes agricoles alternatives.



Agriculture à cycle fermé pour le cannabis

La transition de Schelfhout de la culture hydroponique à la culture végétalienne est une voie bien connue pour d'autres pionniers végétaliens innovants. Il y a trente ans, les partenaires Josh Sarvis et Kelly Dunn en Amérique du Nord étaient consternés par les dommages écologiques causés par la culture industrielle régulière. Influencés par l'herboristerie, l'obstétrique, l'autosuffisance autosuffisante, la protection de l'environnement, la biodynamie et la permaculture, ils ont radicalement changé leur vie et leur situation géographique pour créer un système agricole fermé dans les zones sauvages de la Colombie-Britannique, au Canada. Un système fermé signifie que vous n'avez pas besoin d'acheter des produits d'épicerie à d'autres personnes ou entreprises.


Une autre motivation pour Kelly et Josh pour développer un mode de vie végétalien et des produits de jardinage et de santé végétaliens est qu'ils veulent cultiver les plantes de cannabis les plus propres, les plus puissantes et les plus productives possibles. "Les cultivateurs de cannabis réguliers doivent être extrêmement prudents lorsqu'ils introduisent des agents pathogènes, des produits chimiques et des métaux lourds", explique Kelly. «Ces choses peuvent facilement pénétrer dans les plants de cannabis parce que beaucoup de nutriments normaux et de vaporisateurs de feuilles vendus dans les magasins de jardinage entraînent des erreurs lors des tests de cannabis. Le cannabis est une plante accumulatrice dynamique qui stocke les toxines des pulvérisations de feuilles et de la zone racinaire et les distribue aux trichomes dans lesquels les cannabinoïdes et les terpènes sont produits et stockés. Si les méthodes d'élevage contiennent des toxines,


Kelly fait l'éloge de la libération de l'autosuffisance en utilisant des pratiques régénératives en boucle fermée pour produire des engrais holistiques pour les plantes qui sont produits sur leurs propres terres et les zones naturelles adjacentes. Si vous avez accès au bon type de terre et d'eau, couplé aux connaissances de la permaculture et des pratiques connexes, vous pouvez construire un style de vie qui offre tout ce dont vous avez besoin - et sans gaspillage. Presque tout ce qu'ils utilisent est fabriqué, recyclé, converti et utilisé par eux-mêmes, rapporte-t-elle.


Ce que beaucoup de gens considèrent comme des déchets jetables, Sarvis et Dunn voient comme des matériaux qui sont convertis en compost, produits de fermentation, conditionneurs de sol et autres matériaux utiles. La transition remarquable du couple vers les végétaliens et l'agriculture naturelle a commencé au début des années 1990 lorsque les préoccupations concernant l'éducation de leur enfant dans un environnement urbain surpeuplé et les pratiques agricoles nocives les ont amenés à s'installer à des kilomètres de la route pavée la plus proche. Ils n'étaient pas en mesure d'acheter des engrais et d'autres produits agricoles et de les transporter dans leur nature sauvage. Ils ont donc étudié des livres sur l'herboristerie, la biodynamie et les méthodes agricoles écologiques alternatives. Leur objectif n'était pas seulement de cultiver le cannabis le plus puissant,


Ils ont utilisé la technologie de la permaculture pour «lire» le sol et le terrain et comprendre les modèles de précipitations naturelles. Personnellement, je trouve inspirant de pouvoir nourrir mes plantes du début à la fin avec des engrais naturels et des stimulateurs de croissance de plantes indigènes de leur pays comme les orties, la luzerne et la consoude. Ils utilisent des réservoirs de 850 gallons pour fabriquer des thés de compost et d'autres micro-organismes, ainsi que des nutriments qui nourrissent les plantes et revigorent le sol. Ils évitent les changements nuisibles dans les terres, la topographie, les cours d'eau et les sols et essaient de vivre sans compromettre l'intégrité des écosystèmes et la biodiversité indigène.


Après avoir créé une ferme si luxuriante qu'ils ont maintenant d'immenses terrasses sur lesquelles poussent des plantes de cannabis géantes, des légumes, d'autres herbes médicinales et des arbres fruitiers, ils ont fondé une entreprise (Dragonfly Earth Medicine ou DEM pour faire court) pour vendre leur nutrition végétale végétalienne et produits de traitement des sols. Ils proposent également des recettes végétaliennes pour la santé humaine, y compris des boissons au cacao riches en nutrition de Reishi, Chaga, Cordyceps, cacao, luzerne, ortie et astragale. Cette concoction contient une dose intense de vitamines, de protéines et d'autres composés favorisant la vie.


Kelly et Josh fabriquent un produit favorisant la santé appelé Myco Canna Capsules. Il contient du cannabidiol (CBD), des fractions naturellement extraites de champignons médicinaux ainsi que des herbes ayurvédiques et chinoises.


Pour aider d'autres cultivateurs de cannabis et assurer la sécurité des consommateurs de cannabis, ils ont introduit le processus de certification "DEM Pure". Ils décrivent ce processus comme "beaucoup plus rigoureux que les procédures de certification standard pour l'agriculture biologique". Alors que dans les procédures de certification standard, seules les plantes utilisées pour la culture des plantes et des arbres sont examinées pour déterminer si un produit ne contient que des ingrédients sûrs, la certification DEM-Pure teste l'ensemble de l'entreprise agricole pour voir si des méthodes de culture durables et régénératives sont utilisées Utilisation qui nourrit le sol et produit à son tour des plants de cannabis sains et robustes. Au moins 80 fermes de cannabis en Amérique du Nord ont reçu la certification DEM Pure.


Selon Kelly, les producteurs qui utilisent des produits DEM et des protocoles de certification et de culture peuvent être sûrs que leurs plants de cannabis seront fournis avec beaucoup de nutriments. Ceci est soutenu par l'ajout régulier d'un pansement supérieur ou d'eau d'irrigation avec coulée de vers. Comme d'autres défenseurs des végétaliens, Kelly et Josh insistent sur le fait que les nutriments d'origine végétale sont plus efficaces que les nutriments organiques et synthétiques et sont fabriqués à des coûts environnementaux beaucoup plus faibles.


«Le sol vivant (qui comprend également ma contribution Hydroponis contre la terre - quelle méthode est la meilleure? Dans la précédente culture! Edition), qui est nourri avec des nutriments végétaliens, est une installation de production naturelle dans laquelle les matières végétales sont décomposées et utilisées pour la nourriture transformés pour les plants de cannabis. Les nutriments synthétiques sont un moyen non naturel pour les plantes de manger, et ce manque de fonction naturelle peut endommager les plantes. Il existe de nombreuses raisons de ne pas utiliser d'engrais organiques commerciaux, mais les fermes végétaliennes saines vivent souvent dans une ferme végétalienne saine, ce qui augmente la fertilité et la qualité des sols. Les produits d'origine animale à grande échelle nuisent aux animaux, à la terre et à l'atmosphère. Une ferme saine avec quelques animaux qui courent alternativement sur le terrain, peut donner au système agricole une santé énorme. Cependant, la principale source de nourriture reste la collecte et la stratification de la biomasse végétale brute produite sur la propriété », explique Kelly.


La variété de matières végétales que Kelly et Josh utilisent dans leurs produits uniques est vraiment impressionnante. Luzerne, ortie, varech, cacao, rhubarbe de dinde, racine de bardane, spiruline, fruit de noni, lavande, romarin, souci, igname sauvage et astragale ne sont que quelques-uns des ingrédients récoltés de manière durable.


Encore plus impressionnant est que leurs produits installent définitivement un ensemble fixe de micro-organismes bénéfiques bioactifs dans la zone racinaire. Lorsque j'achetais régulièrement des microbes utiles liquides et en poudre auparavant, je ne voyais aucune augmentation de la masse racinaire, de la santé des racines et des rendements des cultures - un gaspillage d'argent. Les vaccins végétaliens de Dragonfly contiennent cependant des champignons endomycorhiziens et des microbes utiles du sol qui sont connus pour renforcer et protéger les racines du cannabis. Je dois souligner que lors de l'utilisation des produits Dragonfly, j'ai vu une expansion de la masse racinaire et une amélioration de la santé des racines, ce qui se traduit par une croissance plus rapide et des rendements plus élevés.


Kelly et Josh reconnaissent la relation entre la santé des plantes et la santé humaine. Pour cette raison, ils fabriquent également des produits de santé humaine à base de plantes végétaliennes. Par exemple, ils vendent un champignon médicinal qui contient des champignons Reishi, Chaga, Cordyceps, Lions Mane, Turkey Tail et Agarikon. Ces champignons médicinaux favoriseraient la détoxification et stimuleraient le système immunitaire.


"Nous n'avons pas de tête de chou" biologique "commerciale qui soit cultivée sans produits d'origine animale comme la farine d'os et la farine de sang", se plaint Kelly. «Une raison importante pour laquelle nous ne faisons pas cela est que les sous-produits animaux dans la zone racinaire libèrent des microbes pathogènes nocifs qui décomposent ces matières. Lorsque vous utilisez des produits d'origine animale de cette manière, le risque de pourriture des racines est plus élevé. Le sol peut être utilisé encore et encore avec les végétaliens car il conserve la vie microbienne qui favorise la disponibilité, l'absorption et la santé des nutriments. La culture végétalienne est également saine pour les vers de terre », explique Kelly avec un clin d'œil.


Dans quelle mesure les végétaliens cultivent-ils du cannabis?

Certains cultivateurs de cannabis craignent que les végétaliens ne semblent pas pratiques, en particulier pour les jardins hydroponiques intérieurs. Dans mes tests, les végétaliens ont particulièrement bien fonctionné dans les jardins dont le milieu de la zone racinaire est constitué de terre, de noix de coco ou d'un mélange non mis à la terre. Si j'avais ma propre terre, des tas de compost et d'autres infrastructures, je serais en mesure de produire la plupart, sinon la totalité, de mon propre sol, de l'humus, des microbes utiles, du compost, des thés de compost et des aliments végétaux. Cependant, j'ai plutôt utilisé des produits préemballés. Ces produits sont beaucoup plus faciles à utiliser que les engrais hydroponiques synthétiques, notamment parce qu'il n'est pas nécessaire de contrôler avec précision le pH de l'eau.


Cependant, il y a des réserves. Dans les cultures en eau profonde et autres systèmes d'hydroculture pure qui n'ont pas de zone racinaire solide et qui dépendent de pompes, de pulvérisateurs, de buses d'égouttement, d'atomiseurs et d'autres systèmes hydrauliques avec des tuyaux pour fournir des nutriments aux racines des plantes, la méthode Veganics a quelques problèmes. D'une part, les thés de compost et autres engrais végétaliens contiennent généralement des particules relativement grosses. Comme pour tous les engrais organiques boueux, ces matériaux sont susceptibles de boucher les conduits hydroponiques et les buses. Pour cette raison, un fabricant recommande de filtrer les engrais avant de les placer dans un système hydroponique.


Il est également problématique que les végétaliens s'appuient sur une zone racinaire «vivante» qui est équipée de micro-organismes utiles qui améliorent la taille et la fonction de la masse racinaire et décomposent en même temps les matières organiques afin de les rendre biodisponibles comme aliments végétaux. En culture hydroponique pure comme la culture en haute mer ou l'aéroponie, ces micro-organismes utiles ont du mal à obtenir une résidence permanente dans la zone racinaire, car en dehors des racines, ils n'ont pas de matière solide à coloniser.


Lorsque les humains mettent des microbes utiles dans un système d'hydroculture en circuit fermé, cela peut gâcher la zone racinaire et provoquer un encrassement nauséabond infesté de micro-organismes pathogènes qui pourrissent les racines ou endommagent autrement les plants de cannabis.


Les cultivateurs qui courent un risque important de cultiver du cannabis ou qui ne peuvent pas passer beaucoup de temps à apprendre et à mettre en œuvre un nouveau plan d'engrais peuvent trouver l'aventure végétalienne trop chère. Ils peuvent préférer la méthode un peu plus simple d'ouverture des bouteilles ou des nutriments et suppléments synthétiques ou organiques, en les mélangeant selon les instructions du fabricant, en ajustant le pH et en donnant ensuite le mélange à leurs plantes.


Plus je travaille avec des végétaliens, plus j'aime ça. J'ai des taux de croissance, des rendements et des puissances comparables à ceux de la culture hydroponique et des engrais organiques. Dans certaines périodes de croissance végétaliennes, j'ai rassemblé des preuves de ce que les défenseurs des végétaliens prétendent - à savoir, qu'il fournit des nutriments et stimule le métabolisme qui se reflètent dans plus de cannabinoïdes et de terpènes, et que les pesticides, champignons et autres produits antiparasitaires anti-moisissures végétaliens, L'oïdium et les maladies des racines fonctionnent aussi bien ou mieux que les agents chimiques. D'après mon expérience en tant que cultivateur, je peux confirmer que les végétaliens fournissent une généreuse portion de nourriture qui charge les racines, stimule le métabolisme des plantes, le système immunitaire, la photosynthèse et la production de cannabinoïdes et de terpènes.


Comment commencer à cultiver des végétaliens

Il est préférable de contacter les entreprises végétaliennes mentionnées dans cet article pour savoir quel type de fertilisation a le plus de sens dans les cas individuels. Vous devez informer le fabricant de votre situation personnelle dans le jardin et obtenir des conseils sur l'utilisation des produits. Ensuite, vous créez un jardin d'essai, c'est-à-dire que la moitié des plantes sont approvisionnées en végétaliens et l'autre moitié avec des engrais hydroponiques ou biologiques, puis comparé comment les plantes se portent.


Il est également judicieux de rechercher des organisations et des individus locaux qui offrent une formation en compostage, fabrication de thé de compost, agriculture naturelle coréenne, permaculture, agriculture biocyclique et pratiques holistiques connexes.


Ces manuels sont également un investissement intéressant: The Organic Grow Book de Karel Schelfhout et Michiel Panhuysen; L'agriculture biologique JADAM par Youngsang Cho; True Living Organics de "The Rev"; Un déluge de microbes par Jeff Lowenfels et Wayne Lewis et la permaculture par Bill Mollison.


Faire un stage dans une ferme végétalienne ainsi que dans des jardins communautaires et d'autres coopératives en croissance est également une bonne idée. Se connecter à WWOOF (Willing Workers On Organic Farms) peut en faire une grande aventure de voyage internationale.


Les végétaliens sont le moyen le plus propre et le plus écologique de fertiliser les plants de cannabis et de leur fournir des zones racinaires saines. Il réduit considérablement, sinon complètement, les dommages aux écosystèmes naturels, aux plantes, aux arbres, aux sols et aux animaux associés à d'autres types d'agriculture et à la fertilisation des plantes. Si nous voulons survivre au 21e siècle sans détruire la biosphère qui soutient toute vie, le monde doit passer à l'agriculture végétalienne dès que possible, comme le dit Karel Schelfhout.