.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

France :En France, le prix du canna­bis explose avec le confi­ne­ment

Le prix du canna­bis vendu dans les rues françaises a explosé après que les contrôles stricts aux fron­tières, impo­sés dans le cadre du plan natio­nal de lutte contre l’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus, ont perturbé le trafic de stupé­fiants. Les dealers en ont profité pour augmen­ter leurs tarifs, rappor­tait Reuters le 27 mars. « Le prix d’une plaquette de résine de canna­bis de 100 grammes est passé de 280 euros à 500 euros en une semaine à Marseille », a déclaré Yann Bastiere, un haut respon­sable du syndi­cat de la police qui travaille avec les enquê­teurs de la lutte anti­drogue. Selon lui, des tendances simi­laires ont été obser­vées à Bordeaux et à Rennes.

Depuis le 17 mars, la France s’est jointe à d’autres États euro­péens comme l’Es­pagne, l’Au­triche et l’Al­le­magne pour renfor­cer les contrôles aux fron­tières. Le lende­main, l’UE fermait les fron­tières exté­rieures de l’es­pace Schen­gen aux citoyens de pays tiers. « La France ne peut plus s’ap­pro­vi­sion­ner en canna­bis », explique Thierry Colom­bie, expert du crime orga­nisé. « Avec l’ar­rêt des expor­ta­tions du Maroc, nous voyons les prix augmen­ter en France, car l’offre dimi­nue et les dealers demandent une prime. » Logique. Certaines sources poli­cières expriment en privé leur inquié­tude quant à la pénu­rie prolon­gée de canna­bis, qui pour­rait atti­ser les troubles dans les banlieues et prisons de France. « La pénu­rie de drogue dans les rues pour­rait entraî­ner des troubles publics dans les banlieues à risques », s’inquiète Thierry Colom­bie.