.
 
imageonline-co-hueshifted (33).png

WEEDYLAND TIMES

France :La France va bientôt autoriser les produits à base de CBD, le "cannabis light"

L'interdiction en France des produits à base de CBD avait été invalidée par la Cour de justice européenne. Les fleurs et fleurs séchées ne seront pas autorisées.


Le CBD, la molécule non psychotrope du cannabis à laquelle sont attribuées des vertus relaxantes, va bientôt être autorisé en France. Un seul bémol : les fleurs et fleurs séchées, souvent associées au tabac, demeureront interdites.


En novembre dernier, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) avait invalidé l'interdiction française au nom de la libre circulation des marchandises. Le CBD n'étant pas considéré comme un stupéfiant, il n'était pas possible de l'interdire en France et de l'autoriser dans d'autres pays européens.


Plus clair pour les agriculteurs et commerçants

Les agriculteurs pourront donc bientôt, en toute légalité, cultiver du CBD pour fabriquer des produits dérivés et les magasins de vente, qui exerçaient jusqu'ici dans le flou, seront rassurés. Dans ces boutiques, on peut trouver des aliments, des huiles, des cosmétiques et des e-cigarettes. On n'y verra donc pas les fleurs brutes.




Qu'est-ce que le CBD ?

Le site Dctissimo donne une définition du CBD. https://www.midilibre.fr/2021/05/25/la-france-a-bientot-autoriser-les-produits-a-base-de-cbd-le-cannabis-light-9565827.phpAbréviation de cannabidiol, le CBD est une molécule extraite du chanvre, aussi appelée cannabis. Mais contrairement à la seconde molécule présente dans la plante appelée Delta-9 TetraHydroCannabinol ou THC, le CBD n'a pas d'effet stupéfiant et n'engendre pas de dépendance physique.


"Le THC aux effets euphorisants, et le CBD, aux propriétés apaisantes, sont deux phytocannabinoïdes extraits du cannabis sativa”, explique de Stéphanie Caillé-Garnier. “Selon les croisements, certaines plantes peuvent être “pure THC” avec le CBD indétectable, un mélange THC et de CBD, ou “pure CBD” avec le THC indétectable : ce sont ces dernières qui servent à la production des produits actuellement commercialisés".


Avant d'entrer en vigueur

Avant d'entrer en vigueur, la nouvelle réglementation devra être envoyée à la Commission européenne. Les Etats membres de l'Union auront alors "six mois maximum" pour poser des questions à la France avant une possible publication au journal officiel.