Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

France :Les élus et agriculteurs de l'Essonne à la rescousse de Gatichanvre

En proie à de graves difficultés financières, la société Gatichanvre, basée à Prunay-sur-Essonne, cherche un repreneur. Mais collectivités et professionnels croient toujours au développement de la filière chanvre en Essonne et à des débouchés prometteurs.



La majorité de la quinzaine de salariés de Gatichanvre, spécialisée dans la valorisation du chanvre, est aujourd'hui en chômage technique. En raison d'importantes difficultés de trésorerie, l'entreprise a été, dans un premier temps, placée en redressement judiciaire avec nomination d'un mandataire par le tribunal de commerce.


Ce dernier a cependant accepté la mise en place d'une procédure de conciliation, plus favorable à l'entreprise. Cette solution permet à la société de disposer de plusieurs mois pour trouver un repreneur et renégocier sa dette.


Filière d'avenir

Les difficultés financières de Gatichanvre semblent plus découler d'une mauvaise gouvernance et de difficultés dans la ligne de fabrication que d'un carnet de commandes vide. Car l'entreprise a racheté une unité de fabrication préexistante qui s'est révélée défectueuse. « On produisait deux fois moins que prévu, l'objectif était d'une tonne et demie de paille par heure et nous étions à la moitié. Avec une qualité de fibre papetière alors que nous visions une qualité de fibre technique », souligne Armand Charpentier, directeur de Gatichanvre.


Or, la fibre papetière est deux fois moins valorisée que la fibre technique ; les recettes se sont donc révélées quatre fois inférieures aux prévisions. Le chanvre fait pourtant partie des solutions d'avenir. Peu consommatrice d'eau et ne nécessitant quasiment pas de produits phytosanitaires, elle présente de multiples usages dans de nombreux domaines : bâtiment , voirie, textile, etc. La fibre technique, sous forme de laine, panneaux, membranes ou parpaing offre notamment de très bonnes propriétés d'isolation. La commune de Boigneville a par exemple créé des logements sociaux avec une isolation naturelle conçue à partir du chanvre.


Et Gatichanvre a créé avec Planète-Chanvre, une société de Seine-et-Marne, une filiale pour construire des murs préfabriqués en ossature de bois avec du béton de chanvre. Cette filiale est d'ailleurs sur les rangs pour la construction du village olympique des JO de 2024.


Soutien des élus

Malgré le contexte financier de Gatichanvre, les élus essonniens restent ainsi optimistes pour son avenir. « Nous croyons dans le développement de la filière chanvre en Essonne, insiste François Durovray le président du conseil départemental. Nous avons par exemple utilisé ce matériau pour la construction d'une route en Essonne pour la déviation d'Etampes ! »


Le département s'est ainsi récemment déclaré prêt à racheter le foncier (les bâtiments) de la société, pour les louer ensuite à tarif préférentiel. La Région a, pour sa part, sollicité un cabinet d'études pour trouver un repreneur et semble prête à financer une partie de la dette. « La banque des territoires pourrait aussi s'impliquer dans le projet », souligne Alexandra Dublanche, vice-présidente de la région en charge du développement économique. Côté administratif l'Urssaf accepterait d'attendre pour ses créances tandis que le Crédit Agricole pense également que la société possède un potentiel. « La filière chanvre est une culture ancestrale d'avenir, souligne Guy Crosnier, vice-président du conseil départemental en charge de la ruralité et lui-même agriculteur et producteur de chanvre, l'entreprise a connu des difficultés de gouvernance mais sur le fonds nous n'avons pas de doutes ». Plusieurs repreneurs ou possibles partenaires ont visité récemment l'usine et pourraient se positionner.


Une autre solution est également sur la table : transformer la SAS Gatichanvre, en coopérative. Ce plan a les faveurs de nombreux agriculteurs-producteurs actionnaires de l'entreprise.