.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Histoire :Magu, la déesse du chanvre qui a guéri toute l'Asie

Le chanvre a fait partie des pratiques médicinales et spirituelles dans diverses cultures au cours des millénaires. Une religion importante, qui estimait le cannabis, était le taoïsme dans la Chine ancienne. Les Chinois avaient également un gardien de cette plante: Magu.



L'association de la déesse Magu avec le cannabis réside principalement dans son utilisation, comme plante curative, car les histoires mythologiques voient le jeune Magu aider les pauvres et les malades comme une prêtresse de la guérison.


Dans toute la Chine, le Japon et la Corée, Magu (ou Ma Gu MaKu, Mako) est représentée comme une belle fille, d'environ 18/19 ans pour la comparer aux années humaines. Elle est la gardienne de la vitalité dans toute l'Asie de l'Est, pas seulement dans le monde des mortels.


Au cours des siècles, les écrivains chinois ont fait très attention à préserver sa mythologie. Magu est également proéminent dans l'art oriental, nous permettant ainsi de comprendre sa personnalité et, par conséquent, de la comparer avec ses autres formes. Il joue un rôle plus divin dans la littérature ancienne de Corée, mais son noyau reste relativement le même. En Corée, le rôle de Magu est élevé au Dieu créateur, semblable à la déesse japonaise Shinto Amaterasu (dans la tradition japonaise, il a donné naissance à la lignée de la famille de l'empereur), et ses compétences s'étendent pour incorporer la création du monde et l'humanité. Bien que la Corée la considère comme une divinité créative, les taoïstes chinois pensent que Magu a reçu une éducation mortelle ordinaire. La version la plus cohérente de cette histoire, dit que Magu a mené une vie simple entre le 5ème et le 6ème siècle après JC, une période déchirée par les guerres, travaillant comme couturière. Il n'y a pas de nouvelles de la mère, mais son père était connu pour être un éleveur de chevaux. Un jour, Magu a reçu une pêche d'un de ses clients, mais au lieu de cela, pour partager le délicieux fruit avec son père, il l'a donné à une pauvre vieille rencontrée dans la rue, s'attardant ainsi à rentrer chez lui, à tel point que le père, ne la trouvant pas pour le dîner, quand il l'a fait retourner dans les murs de la maison, l'enfermer dans sa chambre. Tant qu'il a réussi à s'enfuir de chez lui pour rendre visite à la vieille femme, mais la vieille femme était déjà partie à ce moment-là: cependant, elle a trouvé une pêche de pierre à sa place, l'a prise et l'a plantée dans son jardin, l'emmenant grand soin, à tel point que plus tard un pêcher luxuriant est apparu, qui, en temps voulu, elle a donné des fruits à volonté que la prêtresse a distribués aux plus nécessiteux. En peu de temps, la nouvelle se répandit que les pêches de Magu étaient des guérisseurs et, pour cela, elle fut immortalisée comme une déesse qui possédait l'élixir de longue vie.


Ce n'est qu'une des nombreuses histoires qui prouvent l'existence de cette jeune déesse, qui ont toutes en commun le fait qu'elle s'occupait des malades, des indigents et qu'elle aimait faire pousser des plantes comme le chanvre. Ici, les écrivains chinois ont décrit son "élixir de vie" sous la forme de pêches, fruits que l'on retrouve dans l'art chinois aux côtés de la figure de Magu. La combinaison avec le cannabis est ultérieure, mais elle concerne toujours le lien avec le fait qu'elle a fait guérir les gens à la fois spirituellement et physiquement. Les archives des pratiques taoïstes listaient la consommation de graines de chanvre comme protection contre la possession démoniaque, tandis que les graines brûlées étaient spécifiques aux rites de purification. Souvent, c'est cette divinité qui a été invoquée lors d'activités religieuses.


La probabilité que le cannabis ait été cultivé pour la première fois dans la Chine ancienne est forte en raison des premières références historiques trouvées dans la région. Selon une récente découverte faite par des chercheurs allemands et asiatiques, des restes ont été trouvés dans des tombes chinoises, datant de 6000 ans, où ils ont été trouvés dans la décoration de certains vases (décorations apparemment faites en appuyant la corde de la plante sur l'argile); alors qu'il est attesté que vers 1000 avant JC, les habitants de la Chine ancienne ont appris à tisser la fibre de chanvre. Il semble également que les premières cultures remontent aux toutes premières communautés néolithiques.


Enfin, il semble qu'un traité d'agriculture (remontant à 2500 ans) ait même été écrit dans lequel on parle des plantations de cannabis comme l'un des traitements les plus anciens de Chine!


En fait, dans le monde littéraire de la Grèce classique, la Chine était parfois appelée "Le pays du mûrier et du chanvre". Cela a probablement influencé le nom de Magu, à tel point que souvent son nom a été traduit par "chanvre", mais aussi par "fille" ou "tante", nous comprenons comment ces noms s'alignent sur ses capacités juvéniles et naturellement protectrices. De plus, le chanvre semblait se développer abondamment sur le mont Tai. Le mont Tai (ou Taishan) est la plus importante des cinq montagnes taoïstes sacrées de Chine, située dans la province du Shandong, au sud de la ville de Jinan. Le sommet atteint 1 545 mètres. Déclarée site du patrimoine mondial en 1987, c'est la plus vénérée des montagnes chinoises, mentionnée dans les inscriptions depuis le premier siècle. Le sommet est accessible par un escalier raide en pierre qui part de la ville du même nom, Tai'an. De nombreux temples ont été construits le long de ses pentes, la plupart remontant à la dynastie Ming. Dans ses environs, il y a aussi le couvent des sommets animés des montagnes, construit par les Tang au VIIIe siècle. La montagne elle-même est pleine d'inscriptions en pierre et les bâtiments de culte sont souvent entourés d'une couverture persistante de brouillard qui rendent le lieu magique, enchanté d'une aura de mystère tout oriental. Un avertissement: il y a plus de 6 000 étapes! Atteindre le sommet du mont Tai, en fait, n'est certainement pas une promenade: cela prend au moins 5 ou 6 heures. Mieux vaut monter dans le bus puis prendre le téléphérique. Dans ses environs, il y a aussi le couvent des sommets animés des montagnes, construit par les Tang au VIIIe siècle. La montagne elle-même est pleine d'inscriptions en pierre et les bâtiments de culte sont souvent entourés d'une couverture persistante de brouillard qui rendent le lieu magique, enchanté d'une aura de mystère tout oriental. Un avertissement: il y a plus de 6 000 étapes! Atteindre le sommet du mont Tai, en fait, n'est certainement pas une promenade: cela prend au moins 5 ou 6 heures. Mieux vaut monter dans le bus puis prendre le téléphérique. Dans ses environs, il y a aussi le couvent des sommets animés des montagnes, construit par les Tang au VIIIe siècle. La montagne elle-même est pleine d'inscriptions en pierre et les bâtiments de culte sont souvent entourés d'une couverture persistante de brouillard qui rendent le lieu magique, enchanté d'une aura de mystère tout oriental. Un avertissement: il y a plus de 6 000 étapes! Atteindre le sommet du mont Tai, en fait, n'est certainement pas une promenade: cela prend au moins 5 ou 6 heures. Mieux vaut monter dans le bus puis prendre le téléphérique. 000 pas! Atteindre le sommet du mont Tai, en fait, n'est certainement pas une promenade: cela prend au moins 5 ou 6 heures. Mieux vaut monter dans le bus puis prendre le téléphérique. 000 pas! Atteindre le sommet du mont Tai, en fait, n'est certainement pas une promenade: cela prend au moins 5 ou 6 heures. Mieux vaut monter dans le bus puis prendre le téléphérique.


Par conséquent, il est évident que le cannabis a longtemps joué un rôle important dans l'histoire de l'Asie. Il existe également des preuves de son utilisation dans la décoration des anciennes poteries taïwanaises et de son utilisation dans la religion shinto au Japon. Cette incorporation de la plante révèle la grande valeur du chanvre conservé à travers les cultures asiatiques à partir d'une date éloignée. L'association de Magu avec la plante est donc évidente et éclairante.


À une époque où la magie des herbes était répandue et où l'on croyait que les dieux marchaient dans le monde naturel, l'association avec les "pouvoirs" du chanvre avec la déesse guérisseuse s'alignait sans effort. Seule une divinité très importante et puissante aurait été associée à l'efficacité d'une herbe comme le chanvre si prodigieuse et transcendante.


Des traces de l'histoire de Magu peuvent être trouvées dans de nombreux textes en italien et en anglais, ceux qui souhaitent en savoir plus peuvent consulter les volumes suivants:


Christensen, Thomas. 2014. «River of Ink: une histoire illustrée de l'alphabétisation».


Li, Hui-lin. 1974. "Une histoire archéologique et historique du cannabis en Chine. Botanique économique ". Vol.28 pp. 437-447.


Jia, Jinhua, Xiaofei Kang et Ping Yao. 2014. «Religion chinoise: sujet, identité et corps». Suny Press.


Monaghan, Patricia. 2014. "Encyclopédie des déesses et des héroïnes". Nouvelle bibliothèque mondiale.


Shimkhada, Deepak et Phyllis K. Herman. 2009. "Les visages constants et changeants de la déesse: les traditions de la déesse de l'Asie". Cambridge Scholars Publishing.


Szirom, Tricia. 2015. «Goddess Magician, Ma Ku, Magi: Goddess of China, Korea and Japan». Jardin de Gaia.


Et sur le site:


https://www.ancient-origins.net/myths-legends-asia/magu-hemp-goddess-who-healed-ancient-asia-008709