Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Italie :Légaliser le cannabis pour relancer l'Italie

Légaliser le cannabis en Italie pour faire revivre notre pays. Entretien avec le professeur Marco Rossi, chercheur en économie politique à l'Université Sapienza de Rome.

Marco Rossi est chercheur en économie politique, une discipline qu'il enseigne à l' Université Sapienza de Rome où il coordonne le premier "Laboratoire d'analyse économique et sociale du marché du cannabis". En cette période de grande difficulté, nous avons décidé de l'interviewer pour comprendre ensemble pourquoi le cannabis et sa régulation sont une priorité pour la société italienne et, plus encore, précisément en cette période de récession économique nationale. SSIT: Tout d'abord, aimeriez-vous nous parler de la situation économique que nous allons connaître à cause de Covid-19 et surtout de la quarantaine? MR: La quarantaine a un impact énorme du côté de l'offre: chaque mois de verrouillage entraîne une réduction de la capacité de production estimée à environ 10% du PIB. Dans un premier temps, la propagation de l'infection a provoqué une baisse sensible du climat de confiance des familles et des entreprises (environ 20% sur une base annuelle, données Istat), avec un effondrement de certains types de consommation: fuite des clients des restaurants, annulation de séjour tourisme et investissement privé. Par la suite, l'inactivité forcée a provoqué une perte de revenu de travail, c'est-à-dire une réduction de la capacité de consommation des consommateurs, ce qui a entraîné une nouvelle baisse de la demande privée de biens et services. SSIT: Donc, la demande et l'offre sont en baisse? MR: Nous sommes confrontés à un choc symétrique: baisse simultanée de l'offre et de la demande. Une combinaison qui entraîne inévitablement une réduction du volume des échanges et donc du bien-être économique. C'est une perte qui a tendance à être permanente, comme la mutilation. Les conditions nécessaires à une reprise économique consistent en effet dans une croissance simultanée de la demande globale et de l'offre globale. Des conditions qui, du moins à court terme, ne semblent pas probables. Du côté de la demande, le climat de confiance des familles et des entreprises ne semble pas destiné à s'améliorer. Du côté de l'offre, il est probable qu'elle émette l'hypothèse de la fermeture de nombreuses entreprises, déjà en difficulté en raison de la stagnation italienne après 2008. En l'absence d'interventions extérieures ou d'une amélioration radicale du climat de confiance, SSIT: Quelle contribution économique la légalisation du cannabis aurait-elle? MR: Le phénomène dans notre pays a une dimension importante. Selon les estimations actuelles, le total des utilisateurs de cannabis en Italie est d'environ 5 à 6 millions, soit environ 10% de la population italienne adulte a fumé du cannabis au moins une fois au cours des 12 derniers mois. En particulier, 90% de la consommation de cannabis en Italie est attribuable à environ 500 000 consommateurs quotidiens. Ainsi, en supposant un prix de détail de 10 euros par gramme, la valeur marchande de 500 à 600 tonnes consommées annuellement en Italie serait d'environ 5 à 6 milliards d'euros. SSIT: Combien de ressources pourraient être économisées en détournant l'attention des forces de l'ordre et des magistrats des consommateurs de cannabis? MR: La poursuite du courant prohibitionniste coûte très cher à la communauté. L'histoire nous enseigne que si l'interdiction est violée par un nombre important de citoyens, sa mise en œuvre peut avoir des "conséquences indésirables". Premièrement, le nombre élevé de désobéissants nécessite un engagement significatif de l'appareil répressif (police, judiciaire, prisons), qui détourne ces ressources d'autres objectifs de protection de la légalité. La légalisation du cannabis en Italie permettrait une utilisation différente de ces ressources dont la valeur économique est estimée à environ 500 millions-1 milliard d'euros. SSIT: Quelles sont les conséquences de l'intérêt du crime organisé pour les perspectives économiques garanties par le système prohibitionniste? MR: L'illégalité de ce marché conduit à un phénomène, défini dans l'économie de l'antisélection, c'est-à-dire qu'il réduit la qualité des biens (contrefaçon, altération) et d'échange (violence, marginalisation, etc.), avec des risques sanitaires conséquents des consommateurs et les coûts pour la communauté tels que la santé et l'alarme sociale. SSIT: Pourquoi l'interdiction est-elle anti-économique pour le bien-être collectif d'un pays comme l'Italie? MR: Principalement parce que les sujets sanctionnés (aujourd'hui plus d'un million) souffrent d'une limitation de leurs possibilités de production, ce qui se traduit par une baisse du bien-être économique de la communauté. Ensuite, rappelez-vous que le territoire italien est particulièrement adapté à la culture de cannabis en extérieur, nous importons donc maintenant d'Albanie et du Maroc une marchandise qui pourrait être produite sur place, avec une augmentation du revenu national égale à la valeur des importations actuelles de l'étranger, c'est entre 500 millions et un milliard. Selon le modèle dit de «l'effet ballon», alors que l'interdiction pousse les échanges dans le marché clandestin, la légalisation amène les mêmes échanges à émerger du souterrain et à réapparaître dans la légalité, comme ce fut le cas avec l'interdiction de l'alcool aux États-Unis (1919-30 ) SSIT: Et dans le cas italien? MR: La légalisation du cannabis en Italie pourrait ramener le commerce de l'illégalité, réduisant ainsi les problèmes mentionnés ci-dessus et libérant de l'énergie productive. Non seulement ceux des consommateurs (qui ne sont plus punissables) mais aussi ceux des travailleurs potentiels du secteur: environ 60 à 70 000 travailleurs saisonniers dans l'hypothèse "autosuffisante" de satisfaction de l'ensemble de la demande nationale par la culture du cannabis en Italie. Estimation dont la valeur devrait être augmentée si l'Italie devenait alors une destination pour le "tourisme spinelle", tout comme la Hollande et maintenant le Colorado. SSIT: Et si la tendance prohibitionniste se poursuit, à quel genre de conséquences pouvons-nous nous attendre? MR: Du côté de l'offre, on peut s'attendre à une augmentation de l'offre, de nombreux chômeurs seront disponibles pour être employés dans des activités illégales, telles que le trafic de drogue. En particulier, les trafiquants de drogue étrangers devraient être remplacés par des travailleurs nationaux. Du côté de la demande, le cannabis étant un bien de demande inélastique, je ne pense pas qu'il y aura une baisse significative de la consommation et il est possible que les consommateurs réagissent à la baisse de leur pouvoir d'achat par une augmentation de la culture domestique, source d'approvisionnement. ce qui est en fait moins cher que l'achat carré: 1 à 3 euros par gramme si autoproduit contre 10 euros par gramme à l'achat. En Italie, l'existence de 100 000 producteurs ou producteurs nationaux est estimée. SSIT: Avec quel modèle géreriez-vous la légalisation? À quels avantages fiscaux peut-on s'attendre? MR: Le modèle de légalisation du cannabis en Italie que je propose est celui d'une extension au marché du cannabis de la réglementation en vigueur sur le tabac fabriqué. Culture, fabrication et distribution confiées à des entreprises publiques. Interdiction de la publicité et promotion de campagnes d'information sur les risques sanitaires. Imposition d'une "taxe sur les vice" élevée d'environ 80% du prix de vente. Le rôle de cette taxe est crucial. Il s'agit d'une taxe «corrective», visant à maintenir la demande à des niveaux acceptables et à fournir une contribution fiscale utile pour compenser la communauté des coûts liés à la consommation de cannabis. La loi de l'offre et de la demande montre que la maîtrise de la consommation est réalisable par une contraction de l'offre, une contraction qui peut être imposée par des restrictions sur la quantité offerte, comme dans le cas de l'interdiction, ou des augmentations du prix d'offre, provoquées par la taxation. Dans la pratique, la fiscalité est un outil efficace, comme la prohibition, pour contenir le volume des échanges. De plus, la fiscalité permet la perception d'un second dividende, en utilisant le levier fiscal, la réduction de la consommation plutôt que d'être chère, permet plutôt à la communauté de collecter. par le biais des autorités fiscales, un avantage fiscal, c'est-à-dire des taxes de vente. la fiscalité permet la perception d'un second dividende, en utilisant le levier fiscal, la réduction de la consommation plutôt que d'être chère, permet plutôt à la communauté de collecter. par le biais des autorités fiscales, un avantage fiscal, c'est-à-dire des taxes de vente. la fiscalité permet la perception d'un second dividende, en utilisant le levier fiscal, la réduction de la consommation plutôt que d'être chère, permet plutôt à la communauté de collecter. par le biais des autorités fiscales, un avantage fiscal, c'est-à-dire des taxes de vente. SSIT: De combien parleriez-vous? MR: Environ 3 milliards d'euros par an, qui pourraient être utilisés pour promouvoir le bien-être économique de la communauté. En effet, il convient de noter que l'interdiction a pour conséquence indésirable l'impossibilité de taxer les bourses déclarées illégales. Paradoxalement, en termes de fiscalité, l'interdiction consiste en une exonération totale du produit du trafic illicite de toute forme d'imposition. En légalisant le cannabis en Italie, avec la taxation relative, nous pourrions obtenir le résultat de la transformation des produits illicites actuels en recettes fiscales, soustrayant ainsi les ressources économiques des revendeurs et les transférant à la communauté.