.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Italie :la culture domestique de quantités minimales de cannabis n'est pas condanable

La culture de cannabis à domicile en petite quantité ne sera plus un délit: c'est un jugement d'époque celui des sections pénales combinées de la Cassation, ou l'organe suprême de la Cour. Il est arrivé le 19 décembre 2019. Il a été - reconstruit l'AGI - décidé pour la première fois que "les activités de culture à petite échelle menées sous une forme domestique ne constituent pas un délit".



Les activités culturales qui - souligne-t-on - «pour les techniques rudimentaires utilisées, le petit nombre de plantes et la quantité modeste de produit pouvant être obtenue semblent destinées exclusivement à l'usage personnel du producteur». En substance, ceux qui cultivent pour eux-mêmes ne fonctionnent plus. Ainsi, la thèse est défendue que le bien légal de la santé publique n'est en aucun cas compromis ou mis en danger par le preneur individuel de marijuana qui décide de cultiver des plants pour lui-même.


Les kits pour la culture de graines de cannabis sur le balcon de la maison sont désormais très répandus (dans certains cas, ils sont également vendus sur Internet) mais il y avait un risque d'un point de vue juridique, jusqu'à présent il n'y a jamais eu de véritable ouverture dans ce sens.

La Cour constitutionnelle est intervenue à plusieurs reprises sur le sujet dans le passé, adoptant une ligne stricte, et la jurisprudence a donc adopté - après quelques jugements controversés isolés sur le sujet - une position claire. En établissant un principe simple: la culture du cannabis est toujours un délit, quel que soit le nombre de plants et l'ingrédient actif trouvé par les autorités et même si la culture a lieu pour un usage personnel. Il a été déclaré que "les pratiques culturales des plantes à partir desquelles les ingrédients actifs des substances stupéfiantes peuvent être extraits" pourraient "être considérées comme" dangereuses ", c'est-à-dire propres à porter atteinte à la santé des individus dans le seul but d'enrichir l'approvisionnement existant en matière d’abord et donc de créer potentiellement davantage de possibilités de trafic de drogue ".


Et donc la Cassation, s'adaptant à ce qui a été clarifié par la Consulta, a jusqu'à présent soutenu que la culture de la marijuana, même si à très petites doses (un ou deux semis) est toujours un crime, quel que soit l'état dans lequel se trouve la plante au moment de arrivée du contrôle. Maintenant - les raisons de la décision du 19 décembre sont attendues - il y a eu un renversement du principe établi jusqu'à présent. Ce sont les sections criminelles combinées qui ont une position ferme en dictant une seule ligne et en normalisant le traitement des producteurs "d'herbe" à la maison. "Le délit de culture de stupéfiants - lit le maximum provisoire délivré par la Cour après l'audience du 19 décembre - peut être configuré indépendamment de la quantité de matière active pouvant être obtenue immédiatement, de la conformité de la plante au type botanique attendu et de son aptitude, également pour les méthodes de culture, à atteindre la maturité et à produire une substance étonnante ";


<<

Cependant, les plus petites activités de culture, menées sous la forme domestique et pour les techniques rudimentaires utilisées, le faible nombre doit être considéré comme exclu - et c'est le tournant - car cela n'est pas imputable à la portée du droit pénal. végétales, la quantité très modeste de produit pouvant être obtenue, l’absence d’autres indicateurs de leur inclusion Les réactions à la décision de la cassation: "Jugement historique, maintenant le législateur se réveille" -