Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Italie : La réglementation du cannabis light rapporterait à l'État 5 milliards par an

Après l'arrêt du 30 mai 2018 avec lequel la Cour de cassation a considéré la vente de cannabis, y compris la vente légère, comme illégale, il était prévu que des milliers de magasins de chanvre florissants en Italie seraient fermés immédiatement. Même Matteo Salvini, alors ministre de l'Intérieur du premier gouvernement Conte, a tenté d'exécuter la peine et a proclamé "Je les fermerai un par un". En réalité, la phrase, comme l'ont observé de nombreuses personnes, est plutôt ambiguë et laisse aux juges ordinaires la tâche de vérifier au cas par cas si les produits à base de cannabis présentés dans les vitrines conviennent "pour produire un effet dopant dans la pratique". .


Dans l'ensemble, les magasins aux feuilles vertes classiques en forme de lance-enseignes continuent d'afficher et de vendre des biscuits, des tisanes, des sacs d'herbe et des dizaines d'autres produits à base de cannabis sativa. Ces derniers jours, la deuxième édition de Canapa Expo, l'exposition internationale consacrée au monde du chanvre et de ses produits, avec des centaines d'exposants et des milliers de visiteurs, s'est tenue à Milan, avec des dizaines d'experts de toute l'Europe qui en trois jours des ateliers et des débats ont insisté sur la nécessité de clarifier enfin le secteur.


"Aussi parce que", soutiennent les promoteurs, "c'est une ressource incroyable et avec la légalisation, elle peut faire beaucoup pour l'économie, le social, en plus des avantages déjà connus du point de vue médical et environnemental". En fait, l'utilisation thérapeutique des inflorescences de chanvre est déjà autorisée et utilisée depuis des années, légalement prescrite par les médecins pour soulager les douleurs chroniques d'origines diverses. Et il est impensable que les Finances se dirigent vers la fermeture des pharmacies et des hôpitaux où sont administrés des médicaments à base de cannabis sativa, qui sont en tout cas en dehors du périmètre indiqué, même si les frontières ne sont pas exactement claires, de la peine de cassation.


En outre, cette marijuana thérapeutique est produite dans l'établissement de chimie pharmaceutique militaire de Florence, le seul "point de vente" autorisé pour les pharmacies et les hôpitaux à un prix pour les patients fixé par le ministère de la Santé. Le problème se pose pour le cannabis light (c'est-à-dire le cannabis sativa avec moins de 0,6% d'ingrédient actif) vendu dans ces magasins, soudainement apparu après la loi n. 242 de 2016 qui a ouvert la porte à la réglementation, comme ce fut le cas pour les boutiques de vapotage lorsque la mode des cigarettes électroniques a éclaté.


Et tout comme l'e-cig, le problème de la lumière du cannabis est, au-delà de la légalisation, la régulation par l'état d'un phénomène déjà en place. Comme, comment? Grâce aux taxes. Si le tabac et ses dérivés paient des droits d'accise, ce qui rapporte une facture fiscale annuelle en euros, et même les cigarettes électroniques paient leur part d'accises, pourquoi le cannabis et ses dérivés utilisés à des fins récréatives ne devraient-ils pas leur contribution fiscale?



Que cela devrait être ainsi est également convaincu par plusieurs parlementaires, aux prises ces jours-ci avec la manœuvre économique pour équilibrer le budget public. L'un d'eux est Massimo Ungaro d'Italia Viva, auteur d'une question parlementaire au président du Conseil et aux ministres de l'économie, de l'intérieur, de la santé et de la justice, dans laquelle il pose un problème social (libre accès à l'achat le cannabis léger aussi pour les mineurs, non seulement dans les magasins mais surtout dans les canaux en ligne) et un problème de revenus.


Selon une étude de l'Université de Messine citée par Ungaro, appliquant une taxe similaire à celle du tabac sur le cannabis, les recettes de l'État s'élèveraient à environ 5 milliards d'euros par an, en plus d'une réduction des dépenses publiques liées à la répression de la vente illégale pour 540 millions d'euros. "Un cadre juridique", a-t-il dit dans la question, "nous permettrait de voler d'énormes ressources au crime organisé, tout en garantissant de nouveaux revenus importants à l'État, ce qui représenterait également certains revenus, car ils proviennent d'un réseau contrôlé et sûr".


Un thème a également repris dans deux propositions d'amendements à la loi de finances en discussion au Sénat, les premiers signataires Francesco Mollame et Matteo Mantero du M5S, qui visent à soumettre la biomasse de chanvre à la taxe de fabrication et à taxer la commercialisation des inflorescences de chanvre. Mais les amendements, à la consternation des présentateurs, ont été retirés. "Je m'excuse", a-t-il posté sur son profil de réseau social Mantero, adressé à ses électeurs après avoir découvert que les amendements avaient été retirés de son groupe en commission du budget. Mais il assure ensuite: "Tout n'est pas perdu, nous réitérons l'amendement à la Chambre".