.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Italie :Le sénateur Mantero (M5S) a déposé un nouveau projet de loi pour la légalisation du cannabis

Une nouvelle proposition de loi pour la légalisation du cannabis a été déposée à Parlamamento, cette fois au Sénat, par Matteo Mantero , sénateur du Mouvement des cinq étoiles.



La proposition porte principalement sur le droit des consommateurs à l'autoproduction , prévoyant la possibilité de cultiver jusqu'à 5 plantes pour chaque citoyen adulte, la possibilité de la culture associée dans le "club social du cannabis" , l'abolition des sanctions administratives pour les consommateurs et ouverture d'un marché libre cannabis , soumis à un taux de TVA majoré (25%, dont 3% à allouer au renforcement du système d'éducation et de santé publique) et à l'obligation pour les producteurs de cultiver du cannabis de manière biologique.


La proposition déposée par Mantero a été rédigée par une série d'associations et de détaillants du secteur réunis au sein du comité "Manifeste pour le cannabis gratuit" . L'initiative a également été soutenue par environ 36 000 signatures de soutien, collectées en ligne (non certifiées et donc sans validité légale).


Le projet de loi Mantero est le premier à être déposé depuis le lancement du nouveau gouvernement à cinq étoiles et du parti démocrate. Cependant, il s'ajoute à 7 autres propositions légales de légalisation déjà déposées entre la Chambre et le Sénat dans l'espoir de pouvoir entamer le processus de discussion. Parmi ceux-ci, trois ont été déposés par le M5S (un autre du même Mantero et deux par le sénateur Lello Ciampolillo ), trois par des membres du parti démocrate (Tommaso Cerno au Sénat, Enza Bruno Bossio et Nadia Ginetti à la Chambre) et un par Liberi égale.


Vient ensuite un huitième projet de loi auquel nous ne pouvons que souhaiter avoir plus de chance que les autres. Cependant, bien que le gouvernement ait changé, la composition du parlement reste la même. Au Sénat en particulier, les votes compacts de M5S, Leu et Pd ne seraient pas suffisants pour que la loi soit approuvée . Nous aurions également besoin des compacts du nouveau parti de Matteo Renzi (qui s'est toujours déclaré contre la légalisation ), ainsi que d'autres qui se retrouvent dans le sous-sol complexe dans lequel évoluent les équilibres astucieux du président, appartenant aux divers groupes mixtes, anciens sénateurs à vie et improbables anti-prohibitionnistes. le centre-droit. Malheureusement, une mission (presque) impossible .