Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Italie :Nouvel amendement sur le chanvre industriel,pour ou contre le développement ?

La vieille blague est toujours à la mode: en ce qui concerne la légalisation, il n’ya pas de mouvement de feuille en Italie .


Et pourtant, la majorité actuelle au Parlement dit (timidement) que c'est favorable , mais qu'il n'est pas prévu que le sujet soit discuté.

Et tandis que Salvini tonnerre son " NON aux drogues ", pour déplacer les eaux du M5S habituel auquel nous reconnaissons l'engagement, mais cela semble dépourvu de la capacité de changer réellement la situation "Cannabis" , bien qu'il ait toujours été leur "cheval de bataille". bataille »dans la collection de votes.




L’ amendement AS1586 a été présenté cette fois-ci pour que le cannabis soit présenté au Parlement. Le sénateur Francesco Mollame était son premier secrétaire signataire du 9ème Comité permanent (Production agricole et agroalimentaire) et le sénateur Matteo Mantero, auteur du dernier loi favorable à la légalisation, déposée au parlement.

Cet acte fait officiellement partie de la manœuvre financière , qui exclut toutefois toute règle non liée aux besoins économiques , qui constituent aujourd'hui la nouvelle priorité, notamment à la suite des dommages causés par les catastrophes naturelles, conséquence de l'exploitation excessive des sols et des infrastructures. la pollution.


Mais, en insérant précisément un amendement prévoyant l’application de droits d’accise sur la biomasse de chanvre , nous parlerons peut-être dans le budget de cette plante bénie et de la maudite somme qui se divise actuellement entre la narco-mafia (qui engrange les plus gros bénéfices) et la entreprises autorisent à produire pour nous (cannabis thérapeutique) à l'étranger.

C'est l' espoir de beaucoup. mais en réalité, l'amendement précise qu'il s'agit d'appliquer une taxe, même modeste,


- "au fabricant pour les produits obtenus sur le territoire national", (Art.62-Quinquies Lett. B n ° 1)


et


- "au sujet qui fait la première mise à la consommation pour des PRODUITS DE PAYS DE L'UE" (art. 62-quinquies, lettre. B, no 2).


Cela décourage en fait la poursuite de la production en Italie , facilitant davantage l'importation en provenance de pays moins prohibitionnistes que le nôtre. Nous ferons concurrence aux pays dont les taxes d'accise n'ont rien à voir avec celles en vigueur en Italie et, étant donné qu'aucune spécification n'est dictée sur les normes de production, nous consommerons peut - être l'année prochaine du CBD fabriqué en Chine , commercialisé via "la Route de la Soie". ».


Grâce au point 3 - lettre C de l’article de loi susmentionné (qui impose la taxe également sur les produits manquants des vérifications et pour lesquels il n’est pas possible de vérifier), on peut supposer que l’État reconnaît les inflorescences , huiles et tout autre produit CBD (ou peut-être sommes-nous à nouveau confrontés à une lacune réglementaire).

La taxe payée sur les fleurs et leurs dérivés devient la preuve de leur légalité.


Mais cela ne garantira aucun développement des entreprises italiennes , qui se plaignent déjà d' un excédent de produit sur le marché .

Certes, cet amendement attirerait au contraire des entrepreneurs étrangers intéressés par la vente sur le marché italien, ce qui en fait deviendrait le premier à légaliser la vente de cannabis contenant moins de 0,5% de THC , simplement en imposant une redevance modique.


ATTENTION , pour ceux qui veulent produire du cannabis en Italie, il sera important de suivre les points d et e, toujours dans l’Art. 62-quinquies, de l'amendement susmentionné.

Le point d prévoit que les assujettis tenus de payer la taxe (les producteurs) doivent être en possession d'un certificat de taxe permettant de les identifier, délivré par l'office compétent de l'Agence des douanes. Les mêmes sujets sont tenus de payer une cotisation annuelle de 258,00 euros.

A la lettre e, il est expliqué que la taxe due est déterminée sur la base des données et des éléments requis par l'Administration autonome des monopoles d'État, qui doivent être indiqués dans les déclarations aux fins de l'évaluation.


Si l'amendement devait être adopté, il y aurait alors un monopole d'État sur le cannabis léger , tandis que les rêves de ceux qui voudraient produire en Italie un cannabis thérapeutique que nous importons presque entièrement de l'étranger, et surtout de ceux qui revendiquent le droit de produire eux-mêmes .

Il convient de souligner que l'article 81-bis réglemente exclusivement la "biomasse" ; et exclut le commerce des semences, des fibres et des crevettes.



Il s’agit donc d’un amendement spécifique pour les fleurs et les dérivés directs; mais quelle est la vraie raison?

Le but n'est sûrement pas de protéger la santé du citoyen, mais de "gagner de l'argent" sans vraiment vouloir réglementer la substance illégale la plus utilisée dans le monde .


Notre classe politique insiste pour persévérer dans les politiques prohibitionnistes manifestement en matière de faillite , qui découlent d'une loi née en 1990, en premier lieu de celles qui régissent aujourd'hui à la fois l'utilisation du cannabis thérapeutique et la production industrielle.

Cette loi, la 309/90, est toujours justifiée par la "lutte contre la consommation et le trafic de drogue", déjà perdue il y a 30 ans .

Pourtant, quelqu'un continue de vouloir jouer au jeu en faisant toujours exactement les mêmes gestes, contre un adversaire qui semble parfois être un ami proche de cet "État".


NB: Nous rapportons 3 lignes de la page 118 de l’amendement.

« 2. Article 2 de la loi du 2 décembre 2016 n. 242, les modifications suivantes sont apportées: a) après la lettre a), le texte suivant est inséré: "a-bis) préparations contenant du cannabidiol (CBD), conformément au texte consolidé du décret présidentiel du 9 octobre 1990, n . 309. ";"


Mais le texte unique de 309/90 n'a jamais parlé de (CDB) Cannabidiolo !


Même cette initiative semble donc être l’énième «patch» qui ne résout rien et qui risque en effet de causer plus de dégâts qu’autre chose.