Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Italie :Nouvelle proposition au parlement ,le PD et M5S d'accord sur la legalization

Le cannabis et la légalisation, des arguments qui font revenir la politique chaude. "La fermeture des magasins de Salvini est juste une autre bombe de distraction de masse. Je n'ai jamais été en faveur de la légalisation du cannabis ». C'est ainsi que le secrétaire du Parti démocrate, Nicola Zingaretti, a évoqué la fermeture du "magasin de chanvre" (immédiatement après le retrait du sous-secrétaire aux Infrastructures de la Ligue du Nord, Armando Siri) lancée par le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini. Pourtant, au parlement, il y a neuf propositions sur le cannabis (3 du Pd, 3 du M5, un de Leu, un du Misto et un d'initiative populaire). Et Pd et M5S sont unis sur la demande de légalisation.


Salvini a demandé au chef du M5 Luigi Di Maio que "le sénateur du 5 étoiles Mantero retire la proposition sur le médicament gratuit" , car "ce n'est pas dans le contrat du gouvernement et je ne veux pas du trafiquant de drogue de l'Etat". Mais Matteo Mantero , premier signataire d'un projet de loi contenant "des dispositions sur la légalisation de la culture, de la transformation et de la vente de cannabis et de ses dérivés", a déclaré qu'il n'était pas disponible. "C'est une demande quelque peu absurde, car elle provient du ministère de l'Intérieur. La Constitution dit que les parlementaires ont leur indépendance vis-à-vis du gouvernement ", a déclaré Mantero, qui a parlé de" la bataille historique des 5S "et de" une bataille de sens commun ". Il convient également de noter le projet de loi similaire proposé par le sénateur M5 Lello Ciampolillo, qui légalise la culture nationale de cannabis à des fins personnelles, ainsi que "la détention des produits obtenus par celui-ci".





Mais même le parti démocrate, malgré l'opposition du secrétaire Zingaretti, a présenté trois projets de loi en faveur de la légalisation . L’un, l’ancien sénateur Vincenza Bruno Bossio , signataire , contient, à l’instar de Mantero, «des dispositions sur la légalisation de la culture, de la transformation et de la vente de cannabis et de ses dérivés. Entre autres choses, il dépénalise "le libre transfert à un adulte et la fourniture de petites quantités de cannabis destinées à la consommation personnelle de sujets mineurs".


Une autre (l'ancienne signataire, Nadia Ginetti) contient "des dispositions sur l'usage pharmaceutique et médical du cannabis et la légalisation de la culture , de la possession et de la consommation personnelle de celui-ci et de ses dérivés". La proposition est de légaliser la consommation personnelle et privée de cannabis et de dérivés pour adultes; autoriser également la culture individuelle de cannabis, sous certaines conditions (communication à l'Agence des douanes et des monopoles et jusqu'à cinq plantes); permettre de conserver des quantités correspondantes de cannabis (jusqu'à 5 grammes). La législation n'envisage donc pas une libéralisation de la production de cannabis, mais au contraire une production et une vente sous le régime "d'autorisation".


Le projet de loi signé par le sénateur Dem Tommaso Cerno (avec "une réglementation pour la réglementation de la production, de la consommation et du commerce du cannabis et de ses dérivés") est encore plus permissif et supprime tous types de sanctions pénales et administratives. et pour la possession personnelle de plantes et de substances illégales. Une fois que la production de la plante de cannabis a été légalisée, "elle doit être autorisée, même à des fins non lucratives, pour une consommation personnelle ou collective, à être pratiquée dans des lieux désignés ou chez des particuliers".