.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Monde :Le cannabis à l'ONU enfin l' acte final

Demain est un jour que le monde du cannabis attend depuis des années. Entre reports, hésitations et négociations, une décision sera prise demain au sein de la Commission des stupéfiants de l'ONU.


Les faits


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève a recommandé, il y a deux ans, que, sur la base de toutes les dernières recherches scientifiques, le cannabis puisse être déclassifié des stupéfiants et reconnaît ses «propriétés thérapeutiques» et faible risque d'abus ". Même pour certaines préparations médicales à haute teneur en Thc, la demande est de les inclure dans le tableau des substances "qui n'induisent pas d'abus ou d'effets nocifs". En ce qui concerne le CBD, la recommandation est plus que claire: le CBD n'est pas une substance psychoactive et ne devrait donc plus être soumis à aucun contrôle international.


Voici précisément les recommandations de l'OMS sur le cannabis:


1. Retirer la marijuana du tableau IV de la Convention unique de 1961.


2. Ajouter le THC et le dronabinol (THC synthétique) à l'annexe I de la Convention de 1961 et, s'ils sont approuvés, les supprimer de l'annexe II de la Convention de 1971.


3. Si la deuxième recommandation est adoptée, ajouter le tétrahydrocannabinol au tableau I de la Convention de 1961 et, s'il est approuvé, le supprimer du tableau I de la Convention de 1971.


4. Éliminer les «extraits et teintures de cannabis» du Tableau I de la Convention de 1961.


5. Ajouter une note de bas de page pour préciser que les produits CBD ne contenant pas plus de 0,2% de THC ne sont pas soumis à un contrôle international.


6. Ajouter «préparations contenant du dronabinol» au Tableau III de la Convention de 1961.


Habituellement, les recommandations de l'OMS sont reconnues presque automatiquement mais lorsque notre plante bien-aimée est impliquée, les choses se compliquent souvent considérablement.


Et cela s'est reproduit cette fois, jusqu'à aujourd'hui - ou plutôt demain - il n'a pas été possible de prendre une décision. Il est nécessaire que tous les États membres du Conseil - 53 nations - trouvent un carré .



Comme l'écrit Alessandro De Pascale pour FuroiLuogo , les négociations durent depuis des mois. Le conflit porte sur la tolérance maximale autorisée de Thc que peuvent contenir les produits dérivés finaux: pour certains pays, le seuil doit être de 0,2% pour d'autres, il peut atteindre jusqu'à 2%. Dans ce chaos, l'unanimité, la manière dont il devrait approuver la résolution au sein de la Commission, est loin et on se contenterait aussi d'un feu vert à la pratique du «consensus». En pratique, à travers une déclaration du président en exercice, l'accord est reconnu - dans le cas de cette 63e session, ce serait à l'ambassadeur du Pakistan en Autriche et en Slovaquie, Mansoor Ahmad Khan-.


Le rôle des États-Unis


Potrebbe influenzare positivamente il cambio di passo degli States che, con la nuova presidenza si avviano a ribaltare anni di politiche di proibizionismo sul suolo americano, e che sostengono convintamente le raccomandazioni Oms. Nonostante questo, gli Stati Uniti hanno fatto circolare una proposta di dichiarazione congiunta ad altri Stati membri che rivendica il consenso sulla nozione “che la cannabis è adeguatamente soggetta alla piena portata dei controlli internazionali della Convenzione Unica del 1961, a causa in particolare degli alti tassi di problemi di salute pubblica derivanti dall’uso di cannabis e la portata globale di tali problemi, come identificato nella revisione critica dell’OMS “. Stabilisce inoltre che “a nessuna Parte sarà precluso l’adozione di misure di controllo più rigorose o severe di quelle richieste a seguito di questa decisione, se tali misure a suo avviso sono necessarie o auspicabili per la protezione della salute o del benessere pubblico”. Il linguaggio sembra tentare di lasciare spazio ai paesi per continuare ad applicare politiche sulla cannabis più restrittive indipendentemente dalle regole internazionali. Va messo in evidenza, d’altronde, che nessuna delle raccomandazioni, spinga a promuovere la legalizzazione degli Stati membri. Di certo, però, si fanno tanti passi in avanti, soprattutto per i pazienti che si curano con la cannabis.


Bref, peu importe comment cela se passe, nous sommes confrontés à un vote historique. Pour cette raison, chez Beleaf, avec Fuoriluogo.it et toute la société civile qui s'est engagée ces dernières années sur la réforme des politiques en matière de cannabis, nous suivrons en direct ce qui se passe à Vienne.