Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Pays bas :AMSTERDAM ENVISAGE D'INTERDIRE LA VENTE DE CANNABIS AUX TOURISTES

Confrontée à un afflux massif de touristes, la ville d'Amsterdam envisage d'interdire la vente de cannabis.


Selon une étude publiée par la maire d'Amsterdam, un tiers des touristes étrangers serait moins susceptible de visiter la ville si la vente de cannabis devenait interdite dans les coffee shops.



La politique de tolérance d'Amsterdam vis-à-vis du cannabis, connue sous le nom de «gedoogbedeleid», attire chaque année près de 17 millions de visiteurs. La qualité de vie des 1,1 millions d'habitants se trouve menacée par ces flux importants. Le Quartier rouge, connu pour ses sex-shops et ses coffee shops, subit plus particulièrement encore les nuisances des visites groupées.



LA FIN DE LA TOLERANCE POUR LA CONSOMMATION DE CANNABIS ?

Selon l'étude réalisée par le bureau d'information et de statistiques d'Amsterdam, 34% des personnes qui visitent la zone de Singel, où se trouve le Quartier rouge, viendraient moins souvent dans la ville si les coffee-shops étaient interdits, tandis que 11% des voyageurs ne reviendraient plus. Sur un total de 100 visiteurs, agés entre 18 et 35 ans, près de 60% déclarent que les coffee shops comptent comme l'une des raisons majeures de leur visite. 40% des personnes interrogées indiquent qu'elles ne consommeraient plus de weed ou de haschich si le cannabis était interdit.


La maire Femke Halsema a annoncé son intention de réduire l'attraction des touristes pour la consommation de cannabis.


DE NOUVELLES MESURES POUR REGULER LE TOURISME DE MASSE

La municipalité d'Amsterdam a annoncé qu'à compter du 1er avril, les visites du Quartier rouge par des tours-opérateurs seront interdites. Victor Evergardt, le conseiller économique de la ville considère qu'il est «irrespectueux de traiter les travailleurs sexuels comme des attractions touristiques».


Les visites guidées dans Amsterdam seront limitées à des groupes de 15 personnes et leurs périmètres seront modifiés. Elles ne devront plus s'effectuer sur des ponts étroits ou à l'entrée de commerces et de restaurants durant les heures d'ouverture. Les guides qui ne respecteront pas ces nouvelles conditions devront payer une amende de 190€.