.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Santé :LE CORONAVIRUS ET LE LAVAGE DES MAINS, LE CANNABIS POURRAIT-IL ÉLIMINER LES BACTÉRIES ?

S'il a été démontré que le cannabis pouvait permettre de renforcer le système immunitaire, il ne semblerait pour l'instant pas capable d'éliminer des virus comme le COVID-19. Toutefois, compte tenu de cette actuelle nécessité de se laver les mains, pourrait-il nous aider à éliminer les virus et les bactéries ? La réponse semble être un grand oui. Le Coronavirus et le lavage des mains, le cannabis pourrait-il éliminer les bactéries ? Les autorités américaines ont par ailleurs considéré que les entreprises de cannabis étaient des entreprises essentielles pendant la pandémie de coronavirus et leur ont permis de rester ouvertes. Cela est en partie dû au fait que certaines de ces sociétés produisent un produit essentiel contre le COVID-19 : le désinfectant pour les mains. D'Hawaii à la côte Ouest, ces entreprises ont recours à des procédés de production de cannabis dans le but de fabriquer et de donner aux hôpitaux locaux du gel hydroalcoolique pour freiner la propagation du coronavirus. Et elles semblerait le faire sans coûts significatifs supplémentaires ou changements importants dans leurs systèmes de production. Les producteurs de cannabis utilisent fréquemment de grandes quantités d'éthanol (alcool éthylique) pour réaliser des extractions de toutes sortes, raison pour laquelle de nombreuses entreprises en auront des stocks importants dans leurs entrepôts. L'éthanol est également utilisé pour produire des liqueurs dans les distilleries et sera le principal ingrédient des désinfectants anti-microbiens, tels que les virus et les bactéries qui restent sur les mains. Si nous ajoutons à cela que certains cannabinoïdes tels que le CBD ou le CBG renferment de puissantes propriétés antibactériennes, leur mélange avec de l'alcool produira un désinfectant pour les mains contre de nombreux micro-organismes, tout en contribuant à protéger votre système immunitaire. Nous vous l'expliquons : Le cannabis, l'antibiotique du futur Le cannabidiol, le principal cannabinoïde non-psychoactif de la plante de cannabis, est un composé déjà accepté dans différents pays pour le traitement d’une certaine forme d’épilepsie (avec des médicaments tels que l’Epidiolex) à l’étude pour soulager une série d’autres pathologies. Si certains chiffres permettent de penser que le cannabidiol pourrait éliminer certaines bactéries, son potentiel comme antibiotique n’avait pas été analysé. Du moins jusqu’ici. Et c’est en Australie que des scientifiques ont découvert que le cannabidiol éliminait toutes les souches de bactéries testées en laboratoire, certaines très résistantes aux antibiotiques actuels. De plus, les bactéries ne développaient aucune résistance au CBD après une exposition répétée sur 20 jours, une période pendant laquelle ils peuvent survivre à certains médicaments actuellement utilisés. L’équipe australienne l’a essayé sur un groupe de bactéries nommé Gram positif, des bactéries qui deviennent bleu foncé (ou violet) dans une boîte à Petri. Parmi elles, vous pouviez trouver des staphylococcus aureus, responsables d’infections cutanées autour des plaies ou blessures ouvertes (surtout à cause d’une mauvaise hygiène hospitalière) et des Streptocuccus pneumoniae, qui provoqueront la pneumonie, ainsi que l’E. faecalis, potentiellement mortel chez les personnes au système immunitaire affaibli. Par ailleurs, cette bactérie développera une résistance à presque tous les antibiotiques existants. Le travail, dirigé par le Dr. Mark Blaskovich de l’Institut de Bioscience moléculaire de l’Université du Queensland, en collaboration avec Botanix Pharmaceuticals Ltd., une entreprise pharmaceutique étudiant les usages topiques du cannabidiol synthétique, a remarqué que le CBD était vraiment efficace pour éliminer une large gamme de ces bactéries à Gram positif, parmi lesquelles vous trouverez les souches de staphylocoques et des bactéries streptocociques présentes dans la gorge et sur la peau. « Compte tenu des effets anti-inflammatoires documentées du cannabidiol, les données de sécurité présents dans les essais sur l’homme et le potentiel des diverses voies d’administration, le CBD est un nouvel antibiotique très prometteur qui mérite une enquête plus approfondie », affirmait le Dr. Blaskovich, directeur de l’étude, dans une interview à Newsweek. « La combinaison de son activité anti-microbienne et son potentiel de réduction des dommages causés par la réaction inflammatoire des infections est particulièrement intéressante. » La résistance des bactéries, un problème croissant Il est important de remarquer que le médicament à l’essai (un composé de CBD synthétique) a conservé son activité contre les bactéries. Des bactéries qui étaient devenues très résistantes aux antibiotiques généralement utilisés et créés pour les éliminer, alors que les infections sont difficiles ou impossible de traiter. Le cannabidiol n’a pas perdu de son efficacité suite à une exposition prolongée à l’origine de la résistance à la vancomycine ou à la daptomycine, deux des antibiotiques les plus couramment utilisés. Le CBD a également montré une activité contre les biopellicules bactériennes, formées lorsque les bactéries sécrètent des protéines pour former des pellicules à la surface de la peau, et parfois à l’origine d’infections difficiles à traiter. « Pour être vraiment utile, ce serait bien de pouvoir montrer que ça fonctionne aussi avec les infections systémiques, comme par exemple, certains types de pneumonies ou d’infections compliquées des tissus, pour lesquelles l’administration doit être réalisée par voie intraveineuse ou orale », signale la recherche australienne.


Les résultats ont été présentés lors de la conférence annuelle de l’American Society for Microbiology (ASM Microbe 2019) à San Francisco. Toutefois, il est nécessaire de souligner que le travail se trouve dans sa phase initiale et que le CBD ne fonctionne uniquement qu’avec les bactéries à Gram positif. En effet, il n’est pas efficace contre les bactéries à Gram négatif (pas bleu foncé, mais rose clair), contre lesquelles il est très dur de développer de nouveaux antibiotiques, puisqu’elles possèdent une membre externe très sélective qui permettra d’éviter que la plupart des médicaments entrent dans la cellule bactérienne. Par conséquent, ceux qui voudraient utiliser cette étude comme excuse pour arrêter les antibiotiques actuels et passer aux remèdes maison à base de cannabis devront oublier cette idée. Par ailleurs, la plupart des choses démontrées dans cette étude ont été testées dans des éprouvettes c’est pourquoi « il serait très dangereux de traiter une infection grave avec du cannabidiol plutôt qu’avec des antibiotiques conventionnels », remarquait le Dr. Mark Blaskovich. Selon lui, de nombreuses autres études seront nécessaires pour savoir si le CBD pourra être à l’avenir utilisé comme un antibiotique.