.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Société :Confinement et pénurie de cannabis, un bon moment pour s’essayer au « Tolerance Break »

Vous avez été pris de court. Le confinement a commencé et vous n’avez pas eu le temps de prendre vos précautions. Après une première semaine, vous êtes à sec. Malgré vous, le confinement va indirectement vous donner l’occasion de faire votre premier T-Break… et ce n’est peut-être pas un mal. En cas d’usage régulier de cannabis, il est important de réaliser des pauses dans sa consommation. Cela permet de « réinitialiser » son système endocannabinoïde et d’augmenter sa sensibilité aux principes actifs du chanvre. Ces abstinences pré-programmées peuvent se faire simplement en respectant la règle 3×1 J/S/M, soit des pauses de « 1 jour dans la semaine, 1 semaine dans le mois ou 1 mois dans l’année ». Et ce mois-ci, il semble que ce soit votre mois. Pour réussir ce Tolerance Break forcé, voici quelques lignes et conseils qui pourront aider à surmonter cette période de disette en confinement. L’intérêt du « Tolerance Break » Recommandées dans le cas d’un usage non-médical du cannabis, ces pauses dans la consommation permettent de retrouver un nouveau plaisir de consommer. Au fil du temps et en fonction de la fréquence de l’usage, l’effet attendu du cannabis va diminuer car le corps humain s’habitue en devenant moins sensible aux doses de THC contenu dans les produits consommés, cela de manière réversible. Une pause permettra donc à son corps de réduire cette tolérance au cannabis en optimisant la manière dont l’organisme va réagir lors de la reprise de la consommation et permettra ainsi d’utiliser des quantités moindres. Aussi, un T-Break oblige à prendre du recul sur sa consommation et sur sa relation avec le cannabis en général. Il permet souvent de replacer cette plante comme un « exhausteur de vie » et non comme son élément central. En prenant ce recul, on peut de nouveau s’apercevoir du potentiel des effets du cannabis, surtout lors de la reprise de sa consommation lorsque l’ensemble de ses effets reviennent plus intensément. Faire une pause Rassurez-vous, un arrêt brutal de votre consommation de cannabis ne vous laissera pas tremblant ou transpirant. Il ne provoque que peu de symptômes de sevrage, à la différence de nombreuses substances addictives. Récepteurs CB1 / CB2 Le système endocannabinoïde est un système de communication physiologique complexe avec des récepteurs répartis sur l’ensemble du corps. Cependant, la dépendance au cannabis est réelle et existe, elle est toutefois plus psychologique que physique. Ceci étant dit un arrêt, forcé qui plus est, pourra avoir des effets indésirables pour vous et votre entourage. Ces effets peuvent être atténués par une attitude positive illustrée par l’adage “faire contre mauvaise fortune bon cœur”. Ces effets indésirables sont principalement dus au fait que votre corps et votre esprit se sont habitués à un apport extérieur en cannabinoïdes et qu’en être privé contre son gré engendre des frustrations. Il faudra plusieurs jours afin que l’organisme s’habitue et revienne à son niveau naturel de production d’endocannabinoïdes. Pendant ces quelques jours, vous pourrez ressentir de l’irritabilité, de l’anxiété, une perte d’appétit et de l’insomnie. CBD, activités physiques et méditation : nos conseils pour réussir La consommation de produits contenant du CBD peut aider à traverser cette période. Si vous le pouvez, privilégiez la consommation d’huiles concentrées ou d’edibles (consommables infusés) que vous pouvez réaliser vous-même avec vos fleurs séchées. Sinon, nous vous conseillons de consommer des fleurs légales à forte teneur en CBD en vaporisation. Le CBD sera efficace afin de réduire l’anxiété liée au confinement et au sevrage. Les études sur son efficacité en la matière se sont multipliées ces dernières années. Méditation Des exercices de respiration et de méditation permettent de se concentrer sur notre corps. Plusieurs études ont démontré l’impact positif de la méditation sur l’organisme Reprendre une activité physique est souverain pour contrôler le manque et dominer ses émotions. Rester actif est un bon moyen d’occuper son corps. La méditation et les techniques de respiration réduisent également le stress. Des séances quotidiennes, pour remplacer vos moments de détente passés vont avoir un effet relaxant. Le plus important est de casser sa routine. L’usage de cannabis créé des habitudes de consommation qu’il faut remplacer pour limiter la frustration. La reprise d’une ancienne ou d’une nouvelle activité pour combler ce temps est un moyen efficace, notamment les activités artistiques qui sont excellentes pour occuper l’esprit et développer la créativité. Les pièges à éviter Attention de ne pas remplacer la consommation de cannabis par une consommation excessive de tabac. N’oubliez pas la vape en général, car la cigarette électronique peut se révéler comme une alliée de poids pour retrouver la sensation d’inhaler tout en diminuant les risques de la combustion. En plus des innombrables liquides à la nicotine présent sur le marché, les e-liquides CBD peuvent aussi vous aider à combler une sensation de manque induit par le THC (préférez des e-liquides contenant au moins 500mg pour 10ml soit 5%). De la même manière, il ne faudrait pas remplacer le cannabis par la consommation d’autres substances comme l’alcool ou les médicaments, dont l’abus sera plus dommageable pour la santé et dont le risque de dépendance physique est bien plus élevé. En cette période de confinement, il vaut mieux ne pas prendre de risque dans le but de vous réapprovisionner. Nous vous invitons à respecter les consignes limitant les déplacements, pour soutenir le système hospitalier et toutes les personnes exposées. Ne pas les respecter pourrait inutilement vous exposer, vous et vos proches, pour obtenir in fine des produits d’une qualité très probablement dégradée. Mieux ces consignes seront respectées et plus vite nous pourrons, ensemble, à nouveau sortir de ce confinement.

Quelles autres alternatives ? Planche Botanique Valeriane La vaporisation d’herbes médicinales doit être pratiquée avec précaution car cela peut s’avérer dangereux, notamment en cas d’allergie ou de surdosage Lors d’un usage thérapeutique, les patients sont invités à contacter leur médecin ou les personnels de santé qui les accompagnent habituellement, pour avoir accès, pendant cette période très particulière, à un traitement alternatif. Lorsqu’il s’agit d’un usage auto-thérapeutique pour traiter notamment de l’anxiété ou l’insomnie, voici quelques astuces supplémentaires. Dans les cas plus légers et pour pallier à l’absence de cannabis, vous pouvez vous tourner vers un certain nombre d’autres plantes apaisantes et relaxantes. Vous pouvez infuser ces herbes en tisane pour profiter de leurs principes actifs, ou les vaporiser pour des effets parfois plus prononcés à l’aide d’un vaporisateur électrique, qui permettra de les chauffer à la température requise afin de profiter pleinement des leurs principes actifs (attention nous déconseillons fortement de consommer ces herbes par combustion; renseignez vous). Voici quelques-unes de ces plantes, disponibles en herboristerie, magasins bio et sur Internet. On peut également en mentionner d’autres, comme la camomille, la lavande, la verveine, le millepertuis, la citronnelle, l’aubépine, chacune d’entre elles ayant des propriétés apaisantes qui leur sont propres : La valériane Les propriétés de la valériane sont connues depuis des siècles, notamment l’utilisation de sa racine qui est utilisée pour ses propriétés sédatives et anxiolytiques. La valériane représente une alternative naturelle aux somnifères, en favorisant le sommeil et en diminuant l’anxiété. La passiflore Un grand nombre d’études ont permis de démontrer les effets sédatifs de la passiflore. Elle permettra de réduire la tension nerveuse et le stress lié aux premiers jours de votre “Tolerance Break”. Son utilisation peut être couplée avec d’autres plantes comme la mélisse. La laitue vireuse Aussi appelée laitue sauvage, cette plante est aussi renommée pour ses effets psychotropes – notamment son suc – mais vous pouvez également la consommer séchée en infusion. Ses principes actifs se diluent entièrement dans l’eau chaude et aident à retrouver le sommeil. Elle a un goût très particulier qui peut être atténué en mélangeant la plante avec d’autres herbes. Vous allez y arriver! Les premiers jours peuvent être difficiles moralement, mais nous savons que vous allez réussir. Cette pause forcée ne se fera pas à votre détriment : en la prenant du bon côté, pensez au temps que prenait cette consommation passée dans votre vie, faites un point sur son coût et calculez l’économie réalisée. Après ce reset (réinitialisation) de votre organisme, nous sommes certain que vous en ressortirez plus fort et plus libre face au cannabis avant même la fin de ce confinement. De plus, cette période aura eu le mérite de vous inciter à expérimenter de nouvelles activités et habitudes. Vous pouvez par exemple en profiter pour rejoindre l’équipe NORML France et travailler à une juste régulation du cannabis, si importante pour de nombreuses personnes. On a même pu observer que dans les juridictions où il est devenu légal, le cannabis est considéré comme un produit essentiel dans le quotidien des habitants et que par conséquent, les détaillants ont l’autorisation de rester ouverts en cette période de confinement. Bon courage si vous êtes confrontés à votre premier T-break forcé. Faites nous part de vos expériences sur notre discord et profitez-en pour rencontrer nos adhérents et sympathisants. Et n’oubliez pas, voyez le bon côté des choses : lorsque vous allez pouvoir consommer à nouveau, ce reset forcé vous fera ressentir des sensations oubliées… Faites alors dans ce cas doublement attention à vous.