.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Société :SpaceX va acheminer du cannabis sur la Station spatiale internationale

Des cultures de cannabis et de café vont être envoyées à bord de la Station spatiale internationale et acheminées par SpaceX dès l’année prochaine. Le but de l’expérience est d’étudier les effets de l’apesanteur sur ces plantes.




Après avoir envoyé des animaux et une Tesla dans l’espace, l’Homme devrait désormais envoyer du cannabis. Front Range Biosciences a en effet annoncé vouloir envoyer du chanvre sur l’ISS. Cette initiative ne vise pas à faire planer les astronautes autrement que par l’absence de gravité sur l’ISS, mais plutôt à étudier les effets d’un mois d’apesanteur sur la culture cellulaire du chanvre. L’entreprise, spécialisée dans les nouvelles technologies de l’agriculture, devrait par la même occasion acheminer du café sur la Station spatiale internationale, dans un but similaire. « C’est une des premières fois qu’on étudie les effets de la microgravité et des vols spatiaux sur des cultures cellulaires de chanvre et de café » a ainsi déclaré Jonathan Vaught, PDG de Front Range Biosciences.


Au total, ce sont près de 480 échantillons de café et de chanvre qui vont être envoyés vers l’ISS, et qui seront acheminés par… SpaceX. L’entreprise fondée par Elon Musk s’est en effet portée volontaire pour participer à l’expérience spatiale, et acheminera les spécimens en mars 2020 sur l’ISS. Si SpaceX s’occupera du transport de ces plantes, c’est à l’institut de recherche BioServe Space Technologies qu’il incombera de contrôler la température des plantes une fois sur place. Les échantillons seront par la suite renvoyés sur Terre par SpaceX et examinés par Front Range Biosciences. Le but de cette expérience est de savoir comment les plantes réagissent à des environnements nouveaux, et ainsi déterminer comment celles-ci pourraient s’adapter à des changements climatiques sur Terre. « La science soutient la théorie selon laquelle les plantes dans l’espace subissent des mutations. C’est l’occasion de voir si ces mutations tiennent le coup une fois ramenées sur terre et s’il y a de nouvelles applications commerciales » a conclu Front Range Biosciences dans son communiqué.