Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

Sport :Le type qui a écrit l'interdiction de la weed en NBA a déclaré qu'il était temps d'en finir

L'ancien commissaire de la NBA, David Stern, a récemment déclaré lors d'une conférence que la ligue devait calmer ses strictes politiques anti-marijuana à la lumière de l'épidémie d'opioïdes dans le pays.


David Stern, l'ancien chef de la direction de la NBA, a déclaré qu'il était temps d'abolir l'interdiction frappant les ballers de fumer de l'herbe.


"Je pense qu'il est temps de jeter un nouveau regard sur la question", a déclaré Stern à propos de la politique anti-cannabis de la NBA lors d'une interview accordée à CNBC mercredi.


Stern a dirigé la NBA pendant près de 30 ans avant de prendre sa retraite en 2014. Et l'une des dernières choses qu'il a faites avant son départ a été la rédaction de la dernière politique en matière de drogue de la NBA, qui exige quatre tests d'urine aléatoires par an pour les joueurs de l'association. Les joueurs ne sont pas drogués pendant la saison morte.






Stern a déclaré avoir écrit cette politique après que les joueurs se soient plaints du fait que leurs pairs avaient été flambés juste avant, pendant ou après une partie. Pourtant, les temps changent et la marijuana ne porte plus le même stigmate social qu’il ya dix ans.


"Vous ne voulez pas que les joueurs boivent de la bière à la mi-temps", a-t-il ajouté . «Et vous ne voulez pas qu'ils fument les joints à la mi-temps. Mais s'il s'agit d'une utilisation contrôlée et d'une utilisation viable et légitime, pourquoi pas?


En ce qui concerne ce qui constitue une «utilisation légitime», Stern a suggéré que la gestion de la douleur soit un traitement efficace. "Dans de nombreux cas de sport, la crise des opioïdes commence par le fait que les joueurs se voient prescrire des pilules pour leur douleur", a-t-il déclaré . "Et s'il y a une autre substance, que ce soit le CBD ou le THC qui atténue la douleur, alors je suis tout à fait favorable."







Bien que les ligues de sport professionnel attrapent beaucoup de critiques pour leurs politiques anti-drogue strictes, la NBA est peut-être la plus laxiste en matière de mauvaises herbes. Comme Brendan Gallagher l'a écrit pour MERRY JANE en 2017, les punitions de la NBA pour les mauvaises herbes sont essentiellement des gifles aux poignets , alors que les sanctions de la NFL peuvent complètement faire dérailler la carrière d'un joueur après une première ou une deuxième infraction.


n abrogeant les règles actuelles de la NBA sur les mauvaises herbes, l'association, ses joueurs et les fans pourraient épargner une tonne de maux de tête. Pratiquement tous les mois, un autre joueur se fait prendre avec du cannabis , ce qui aboutit à une presse négative, des suspensions, une perte de revenu et des cœurs brisés. Et pourquoi? C'est juste de l'herbe. Ce n'est pas comme si le cannabis tuait 88 000 Américains chaque année, contrairement à d'autres substances.


En outre, les anciens joueurs et entraîneurs ne sont pas timides quant à leur consommation de cannabis, à leur culture et au soutien du public ces derniers temps. Shit, l’ancienne star de la NBA, Al Harrington, a lancé sa propre marque de cannabis l’année dernière. Ce n'est qu'une question de temps avant que les vedettes du contrat actuel préparent elles aussi leur propre boisson pour sportifs au CBD .