Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

USA :«C'est assez effrayant»: une journée dans la vie d'un livreur d' herbes médicales

Je travaille pour un producteur-transformateur en Pennsylvanie depuis l'été dernier. Nos camionnettes de livraison vont jusqu'à Philly, Harrisburg, Erie, Pittsburgh - à peu près tous les coins de l'État. Je livre personnellement entre 15 et 20 dispensaires au cours d'une semaine. Je fais environ 17 $ de l'heure.

Peut-être 200 employés travaillent dans les grandes installations. Auparavant, il n'y avait qu'un seul quart de travail, mais maintenant, ils ont divisé le travail en un quart de jour et un quart de nuit, donc tout le monde n'est pas dans le bâtiment en même temps. Pour autant que je sache, c'est le seul véritable changement que la société ait apporté depuis le début de la pandémie. Mes heures n'ont pas changé. En fait, si quoi que ce soit, ils ont été plus cohérents, car les commandes ont certainement été plus importantes. Les gens commencent à paniquer pour acheter leurs fournitures. Aujourd'hui a été assez lourd. Les travailleurs des dispensaires ont déclaré qu'ils ne se sont pas pressés avant cette semaine. Nous avons vu des lignes s'enrouler autour des bâtiments de certains dispensaires. De nombreux dispensaires ont déjà mis en place des systèmes de collecte en bordure de rue, de sorte que les gens forment des files d'attente dans leurs voitures. Il y a deux semaines, nous avons reçu des commandes de certains dispensaires qui faisaient le double ou le triple de leur taille habituelle. Encore plus notable, nous avons effectué des livraisons à des dispensaires que nous n'avions pas visités du tout depuis quatre ou cinq mois avant cela. Je travaille quatre jours par semaine, sur une équipe de cinq ou six chauffeurs. Nous nous associons: toujours deux personnes dans chaque van. Dès que le coronavirus a fait la une des journaux, nous avons commencé à en parler dans les camionnettes. Nous regardions où chaque cas a été confirmé, en gardant une trace des comtés dans lesquels le virus se trouvait, afin que nous puissions décider où ne pas arrêter pour le gaz. Je suis devenu de plus en plus inquiet, principalement à cause de mon fiancé. Son traitement pour une condition médicale préexistante la rend très immunodéprimée. J'ai peur de le lui ramener à la maison. J'ai eu une conversation avec mon supérieur immédiat lorsque tout a commencé. Il m'a dit: "Si vous présentez des symptômes, n'entrez pas. Restez simplement à la maison." Mais quand j'ai demandé si nous obtiendrions des congés payés, il a ri et a répondu: «non, bien sûr que non.» L'ambiance dans les dispensaires était différente après l'arrêté du gouverneur. Le premier dispensaire où nous sommes allés, nous avons rencontré des employés portant des masques et des gants. C'est à ce moment-là qu'il nous a semblé que les choses allaient être un peu différentes d'ici. Nous avons maintenant un bon stock de produits de nettoyage dans les camionnettes, mais nous avons dû le demander. Nous avons des gants et un masque chirurgical par jour, juste les fins bleus. La société nous a également donné des lunettes de sécurité, mais elles ne valent rien pour être honnête. C'est assez effrayant en Pennsylvanie. Toute la partie sud-est de l'État [où se trouve Philadelphie] a un ordre de séjour à la maison, tout comme les comtés du sud-ouest près de Pittsburgh. Quand nous devons aller dans la région de Philly, je suis nerveux toute la journée. Les stations-service ont commencé à fermer des magasins parce que des caissiers ont confirmé des cas de coronavirus. Mon propre comté a doublé dans les cas confirmés il y a quelques jours. Une bonne chose est que le trafic est pratiquement mort partout, ce qui me donne l'espoir que les gens prennent cela au sérieux. Certains gars avec qui je travaille sont tout aussi inquiets que moi. C'est à peu près le seul sujet dont nous discutons tout au long de la journée. Je pense qu'il serait plus que juste d'avoir une prime de risque, pour les risques que nous prenons. Nous avons au moins besoin d'un congé de maladie payé. La semaine dernière, j'ai essayé de communiquer avec mes superviseurs au sujet de mes préoccupations. Je leur ai dit que les conducteurs couraient beaucoup de risques: conduire dans tout l'État dans des conditions de pandémie, interagir étroitement avec les gens des dispensaires et des stations-service. Mais rien dans notre métier n'a vraiment changé. J'ai de la chance d'avoir une assurance maladie grâce au travail. Mais si je devais tomber malade, je ne sais pas combien cela me coûterait de passer un test et de me faire soigner. Nos co-payeurs sont chers. Même avec l'assurance que j'ai, nous aurions du mal à payer ces choses à l'avance. J'espère que ça ne va pas si mal que je suis obligé de refuser carrément d'y entrer. Mais j'y ai pensé. Si la pandémie continue comme ça, il y aura certainement un point de rupture.