.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

USA :Vermont House approuve un projet de loi sur le marché de la marijuana

Lors d'un vote préliminaire mercredi soir, la Chambre a approuvé le projet de loi 90-54 sur le cannabis après des heures de débat.

Ils seront de retour jeudi après-midi pour examiner des amendements supplémentaires avant de prendre une décision finale.



Le projet de loi prévoit une taxe de 20% sur les ventes de marijuana et une partie de ces revenus serait utilisée pour les programmes d'apprentissage après l'école et l'été. Le projet de loi établit une licence pour que les dispensaires médicaux actuels puissent commencer à vendre de la marijuana en 2022.


Le projet de loi interdit également les vapeurs de cannabis aromatisé et fixe un plafond de 30% de THC à la puissance du cannabis. Il crée également un conseil de contrôle du cannabis pour superviser et réglementer les ventes de marijuana. Ses membres seraient nommés par le gouverneur Phil Scott, R-Vermont.


Les législateurs ont également supprimé la taxe sur les options locales pour les communautés qui hébergent des détaillants de cannabis, qui est incluse dans la version du Sénat.



Mais certains sont toujours préoccupés par le projet de loi tel quel. La représentante Anne Donahue dit que le projet de loi devrait faire plus pour aborder les aspects de santé de la marijuana et ses effets sur les jeunes.


"Il ne s'agit pas d'un risque radical extrême pour la santé, le problème est la minimisation du risque réel qui se produit. Nous savons que ce n'est pas rien. Nous avons une psychose induite par la marijuana et ainsi de suite", a déclaré Donahue, R-Northfield.


Un amendement au débat jeudi par Donahue vise à interdire la publicité pour la marijuana pour protéger la santé et la sécurité publiques.


Si le projet de loi est adopté jeudi, il sera renvoyé à un comité de conférence pour régler les différences avec la version du Sénat.


Le gouverneur Phil Scott a indiqué qu'il appuiera une taxe et réglementera le marché de la marijuana uniquement si le projet de loi comprend une disposition permettant des tests de salive pour les conducteurs avec facultés affaiblies.