.
Weedyland Market 1024X500.png

WEEDYLAND TIMES

France :APM , des granulés à base de chanvre pour l'automobile

L'élan est enfin arrivé. De 3 millions de véhicules équipés de composants « masqués », APM devrait passer rapidement à 13 millions, au vu des marchés récemment signés avec Renault, PSA, Alfa Romeo (Fiat) et Jaguar Land Rover (Tata). Ces pièces que l'utilisateur du véhicule ne voit pas sont issues des granulés en plastique biosourcés à base de chanvre que produit cette coentreprise dijonnaise de l'équipementier Faurecia et de la coopérative agricole franc-comtoise Interval. « Avant de convaincre, le chemin a été toutefois très long », rappelle Pierre Demortain, le directeur général de la structure. Durant les seize premières années, le producteur a perdu de l'argent. La rentabilité n'est pas encore au rendez-vous mais le chiffre d'affaires est en nette croissance de 50 % ces trois derniers exercices, à 8 millions d'euros, pour 40 salariés.




Le dirigeant l'explique par une certaine frilosité des acheteurs du secteur automobile devant la nouveauté, doublée de leur réputation de chasseurs de coûts. « Nous étions en terre de mission et il nous a fallu convaincre sur la qualité, la fiabilité et la facilité de mise en oeuvre de ces produits », développe-t-il. L'octroi par l'Ademe, l'agence de l'environnement, d'un programme d'investissements d'avenir (PIA) de 8 millions d'euros (2015-2020) a permis d'accélérer la R&D, en collaboration avec Faurecia et le centre troyen Fibres Recherche Développement. L'objectif étant notamment d'éradiquer toute odeur.



APM propose aujourd'hui une quatrième formulation, intégrant de 20 à 25 % de fibre de chanvre, qui fait recette auprès des constructeurs, chez l'un pour un panneau de porte, chez l'autre pour une planche de bord. « Sur la Mégane Renault, nous gagnons 1,25 kg avec notre planche de bord et 400 grammes sur le panneau de porte de la 308 Peugeot sans avoir le moindre défaut de qualité », certifie Pierre Demortain. L'entreprise ne fait pas que distribuer ses granulés dans une quinzaine d'usines européennes, elle accompagne ses clients dans la mise en oeuvre et tout particulièrement pour régler la température d'injection. Seul inconvénient non résolu : aucun constructeur ne suggère le composite pour des pièces d'aspect (c'est-à-dire visibles) en raison du rendu couleur non uniforme lié aux poussières de chènevotte (tige de la plante).


APM se livre en chanvre, à hauteur de 2.500 tonnes par an, chez Eurochanvre, filiale de la coopérative Interval installée à Gray (Haute-Saône) qui cultive 2.000 hectares de ce végétal n'ayant besoin ni d'eau ni de produits phytosanitaires.