.
top of page
imageonline-co-hueshifted (33).png

WEEDYLAND TIMES

Animaux : Des filets en chanvre pour les moules au lieu du nylon

Dernière mise à jour : 11 oct. 2022


Le chanvre est au centre d'une expérience qui sera utilisée comme filet pour les moules de Tarente, un présidium de Slow Food, ce qui peut conduire à plusieurs implications productives et environnementales.


Tout d'abord, il y a la réduction de la pollution et de l'impact environnemental puisque, en remplaçant le plastique pour contenir les moules qui restent sous l'eau pendant des mois, il s'agit d'un matériau qui se biodégrade sans problèmes et sans contaminer l'eau et les moules qui, ne l'oublions pas, deviendront de la nourriture pour l'homme.


Il y a ensuite l'aspect de la croissance des moules qui, selon les termes des éleveurs de Tarente et du conseiller pour le développement économique Fabrizio Manzulli et maire adjoint de Tarente qui suit le projet, se développent plus que celles dans les filets synthétiques ou en plastique, multipliant leur volume jusqu'à six fois.


Enfin, il existe une belle opportunité plus générale, qui consiste à créer une chaîne d'approvisionnement durable depuis les champs de chanvre jusqu'à la transformation de la fibre en filets. Et c'est aussi une nouvelle revanche pour le chanvre qui, précisément à cause de la diffusion du nylon et d'autres fibres synthétiques, a risqué de disparaître de nos champs. Sans compter qu'il pourrait s'agir d'un premier pas pour changer la situation difficile de Tarente, tant du point de vue de l'environnement que de l'emploi des jeunes.




Nous avons commencé cette expérience en collaboration avec Rachele Invernizzi, vice-présidente de Federcanapa, et Simona Tempesta, l'artisan qui crée les premiers prototypes de filets, avec un groupe de mytiliculteurs", explique Fabrizio Manzulli à Canapaindustriale.it. C'est une expérience qui a commencé il y a un an avec d'autres systèmes, comme les filets en Mater-Bi, qui est un amidon, mais nous voulons aussi essayer d'autres matériaux non polluants. D'après ce premier test que nous avons effectué, les filets de chanvre semblent bien fonctionner. Entre autres choses, avec le temps, ils se dissolvent en grande partie sans laisser de résidus polluants dans notre écosystème Mar Piccolo et nous allons poursuivre l'expérimentation, qui est maintenant à mi-chemin du projet".


Si tout se passe comme prévu, l'idée est de mettre en place un "projet d'économie circulaire", en utilisant les terres des rives de la Mar Piccolo, en particulier celles qui sont abandonnées, pour poursuivre la culture du chanvre et pouvoir ensuite construire des infrastructures qui accueilleraient les machines pour la filature et la fabrication de filets. D'où la naissance d'un projet d'économie circulaire avec une start-up qui s'occupera de cela et des différents aspects que le secteur du chanvre peut exprimer".


La première phase se déroule bien. "Après 9 ou 10 mois en mer, le filet de chanvre se dissout, donnant de la nourriture à l'écosystème, et la chose importante que nous avons remarquée est que les moules, par rapport à celles cultivées dans des filets en nylon, se développent 6 fois plus, ce qui est un très bon résultat."


L'expérimentation se poursuivra jusqu'en mars/avril, période de la récolte, et les conditions seront alors définitivement vérifiées.


"Ces premiers filets sont entièrement faits à la main, je les ai tissés en utilisant la technique du macramé, la particularité est qu'ils sont tubulaires et donc difficiles à réaliser", explique Simona Tempesta. "L'objectif ultime, si tout se passe bien, est de recréer une chaîne d'approvisionnement qui nous permettra de créer du fil de chanvre à un niveau industriel. Nous allons maintenant apporter quelques modifications aux filets, qui seront renforcés dans la partie centrale pour qu'ils puissent supporter le poids.


Nous vous informerons des résultats dès qu'il y aura des nouvelles.



Comments


bottom of page